Vidéo Championnats européens 2022 : "C'est une mission suicide, j’ai laissé beaucoup de plumes aux championnats du monde", prévient Kevin Mayer

Publié Mis à jour
Après son deuxième titre mondial à Eugene il y a quelques semaine, Kevin Mayer sera-t-il en forme l’emporter aux championnats européens ? Nous l’avons suivi à la veille de son entrée en piste au stade olympique de Munich.
Article rédigé par
France Télévisions

Avant son entrée en lice aux Championnats européens lundi, le Français a expliqué à Stade 2 qu'il se sentait amoindri sur le plan physique.

Ira-t-il au bout de son décathlon ? C'est la question que se pose Kevin Mayer, alors que les épreuves d'athlétisme des championnats européens débutent lundi 15 août. Champion du monde du décathlon pour la deuxième fois il y a trois semaines, le Français a confié, lors d'une conférence de presse samedi 13 août, être diminué physiquement. "Pour ne décevoir personne, il y a des chances que j’arrête ce décathlon. Je n’ai jamais dit cela avant un championnat, mais là je me sens obligé de le dire pour être totalement transparent, commence-t-il. Je ne veux pas décevoir les Français, le grand public, l’équipe de France, donc je donne tous les outils et je vous dis qu’en ce moment, je ne suis pas bien."

"Il ne faut pas avoir les yeux plus gros que le ventre"

Kevin Mayer sera au départ du 100 mètres lundi 15 août, première épreuve du décathlon. Malgré une bonne confiance, son corps montre des signes de fatigue. "J’ai laissé beaucoup de plumes aux Championnats du monde, et je sens que je suis amoindri physiquement. C’est là que les blessures peuvent arriver donc je vis au jour le jour. La confiance est montée et le corps est descendu. Je connais la hauteur du challenge que je me mets. C’est une mission suicide", a-t-il livré devant la presse.

Pourtant, le Tricolore veut tenter sa chance, pour marquer encore un peu plus l'histoire de son sport, tout en se donnant la possibilité d'abandonner pour éviter la blessure. "Jamais personne en France n’a été champion du monde trois fois, et il y a les Jeux olympiques de Paris ensuite. Ce n’est pas le moment de se blesser. Enchaîner deux décathlons en trois semaines en championnat, ca n’a jamais été fait. Enchaîner deux médailles d’or non plus. Donc c’est sûr que d’un point de vue historique, c’est quelque chose de cool à faire mais il ne faut pas avoir les yeux plus gros que le ventre. Je m’attends à ce que ce soit très dur mais je ne me donne pas le droit de ressortir blessé de ce décathlon. Cela serait une faute professionnelle."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.