Reportage "Il va changer toute la NBA, pas seulement les Spurs" : la folie Victor Wembanyama à San Antonio

Le Français Victor Wembanyama entame sa saison en NBA, le championnat de basket américain, dans la nuit de mercredi à jeudi. À San Antonio, son arrivée chez les Spurs fait chanter toute la ville.
Article rédigé par Loïc Pialat
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
L'artiste Michael Sanchez (à droite) et le designer Soy Empire devant la fresque murale de Wembanyama à San Antonio, Texas, le 23 octobre 2023. (CHANDAN KHANNA / AFP)

C'est l'entrée dans l'arène pour Victor Wembanyama. Le prodige du basket français joue dans la nuit de mercredi à jeudi son tout premier match de NBA avec son équipe des San Antonio Spurs, face au rival historique et géographique des Dallas Mavericks. Le joueur de 19 ans, sélectionné en juin par la franchise texane lors de la draft, a été accueilli comme une star par un public conquis, avant même ses premiers pas sur un parquet de NBA.

Une chanson, une fresque et de grandes attentes

Symbole de l'effervescence autour du prodige tricolore : Victor Wembanayma a déjà sa chanson. Le clip a été enregistré devant un petit restaurant de poissons au sud de San Antonio. Impossible d’arrêter son propriétaire, Roland Ramirez, une fois lancé sur le sujet. "Je pense que son intelligence et sa compréhension du jeu vont l’emmener plus loin que les gens l’imaginent pour sa première année. Il va changer toute la NBA, pas seulement les Spurs", anticipe le propriétaire. 

 

Toute la ville place des espérances folles dans un joueur de 19 ans. Mark, un abonné, serait "déçu de le voir marquer moins de 20 points dès son premier match". Pedro, avec son t-shirt des Spurs sur le dos, prédit "50 victoires de l’équipe cette saison", soit deux fois plus que l’an dernier, quand l'équipe était bien loin des play-offs. Un objectif auquel se prend désormais à rêver l'ensemble des fans des Spurs. 

Joueur accessible et public loyal : le couple parfait 

Mais c’est d’abord la personnalité du Français qui l’a séduite. Wemby, son surnom, a par exemple laissé son autographe sur l’une des fresques à son effigie, avant de s’arrêter dans un bar, chapeau de cow-boy sur la tête, pour discuter avec des fans. "Il comprend ce qu’il représente pour cette communauté. Il est accessible. Il est connecté avec cette ville et c’est arrivé très tôt dans sa carrière. Ça va le porter pendant longtemps", confie Pedro.

Le Français voulait jouer à San Antonio. Il savait ce qu’il allait trouver dans le sud du Texas. Il l’a rappelé mardi matin, le 24 octobre, après l’entraînement. "C'est le meilleur environnement dans lequel je puisse être. Je sais que les fans de San Antonio ont une loyauté au-dessus de n’importe quelle autre fan base", confie le joueur.

"Même dans les moments difficiles, je sais que les supporters seront là"

Victor Wembanyama

à franceinfo

Car les Spurs sont l'une des plus grandes franchises de l'histoire de la ligue nord-américaine, avec cinq titres NBA. Ils ont eu des stars avant Wemby, à commencer par Tony Parker, la star ultime du basket français, en passant par Tim Duncan, Manu Ginobili et David Robinson. Mais pour Mike Finger, chroniqueur au San Antonio Express News depuis deux décennies, le joueur de 2 mètres 21 les fait passer dans une autre dimension. "San Antonio aime le basket depuis longtemps. La nouveauté, c’est que maintenant le reste du monde regarde. Pour les habitants de San Antonio, c’est un sentiment différent de savoir que tout le monde s’intéresse au destin des Spurs et plus seulement les gens d’ici", assure-t-il. 

Tout le monde, dont les Français. Certains vont se lever à 3h30 du matin pour ne pas rater les débuts de Wembanyama contre Dallas. "Faites le plein de café", a conseillé le Français, tout sourire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.