NBA : "Les Spurs, c'est un bon club pour Victor Wembanyama, il ne pourra qu'exploser là-bas", assure Tony Parker

En héritant du choix numéro un de la prochaine draft, mercredi, la franchise de San Antonio devrait, sauf surprise improbable, recruter le prodige français Victor Wembanyama. Et Tony Parker est plutôt enthousiaste.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Tony Parker en conférence de presse à Houston, le 1er avril 2023. (MIKE LAWRIE / AFP)

Qui mieux que Tony Parker pour parler de San Antonio, la très probable future franchise de Victor Wembanyama ? Quelques heures après l'annonce du choix numéro un de la draft attribué par tirage au sort aux Spurs, mercredi 17 mai, et les paroles de Victor Wembanyama, parlant de la "relation spéciale entre les Spurs et la France grâce à Tony [Parker] et Boris [Diaw]", l'ancien meneur de l'équipe, qui a gagné quatre titres NBA là-bas, s'est livré au micro de France 3 Lyon. "J'ai l'impresison que c'était son destin. Il a tout pour réussir", a-t-il confié. 

"Je suis trop content pour l'histoire, pour Victor, pour la ville, pour les Spurs, s'est réjoui l'ancien capitaine de l'équipe de France. Ça fait deux ans qu'ils se préparent en faisant des transferts pour améliorer leur position et se mettre en situation de choisir en premiers. Je pense que c'est un bon club pour lui. Il va vraiment progresser là-bas. A San Antonio, il sera dans un très très bon environnement, avec Pop [Gregg Popovich, l'entraîneur]. Je sais qu'il ne pourra qu'exploser avec les Spurs. Il y a une culture de la gagne là-bas, qui sera géniale pour lui."

"L'un des meilleurs coachs de l'histoire"

Toujours très proche des dirigeants de San Antonio, Tony Parker a d'ailleurs discuté avec son ancien mentor, Gregg Popovich : "Je l'ai eu ce matin au téléphone : il était content. Il m'a posé pas mal de questions sur Victor. Je suis content pour Popp, pour sa fin de carrière. C'est l'un des meilleurs coachs de l'histoire de la NBA, un Hall of famer. Il ne va que progresser avec lui."

Les Spurs de San Antonio hérite du premier choix de la prochaine draft et aura la main pour recruter Victor Wembanyama. La franchise texane a obtenu le premier choix, mardi, à l'occasion de la loterie NBA. Elle pourra choisir la pépite française lors de la draft prévue le 22 juin prochain.
NBA : Les Spurs héritent du choix Wembanyama Les Spurs de San Antonio hérite du premier choix de la prochaine draft et aura la main pour recruter Victor Wembanyama. La franchise texane a obtenu le premier choix, mardi, à l'occasion de la loterie NBA. Elle pourra choisir la pépite française lors de la draft prévue le 22 juin prochain.

Victor Wembanyama va marcher sur les traces de Tony Parker (28e de la draft en 2001), mais aussi d'autres anciens numéro 1 de la draft comme David Robinson (1987) ou Tim Duncan (1997), qui ont également mené les Spurs au titre NBA. "La pression, il l'a depuis 13-14 ans, balaye l'actuel patron de l'Asvel. Il a une pression énorme, constante, puisqu'on le place comme le plus gros talent depuis LeBron James. Quand on l'a eu à l'Asvel, on a vu que cette pression ne le gène pas. Je pense même qu'il adore ça. Il joue bien avec celle-ci. Le fait de passer aux Spurs, de passer derrière Tim Duncan ou David Robinson, les grands qui ont réussi dans cette équipe, je ne pense pas que la pression va le gêner." 

"S'il reste en bonne santé, il a le potentiel pour faire une carrière comme Tim Duncan"

Reste que le Français, qui évolue à Boulogne-Levallois, n'aura pas la tâche facile : "Il essayera de changer les Spurs, parce que c'est vrai que cette année ce n'était pas terrible (derniers de la conférence ouest). J'espère qu'avec Victor, on va revenir en haut de l'affiche. Il y aura du 'taf' : Keldon Johnson et Devin Vassell, ce sont de bonnes pièces, mais il faut beaucoup plus que ça si on veut retrouver les play-offs, et encore plus si on veut revenir dans les finales de conférence et gagner un titre." Tony Parker emploie le "on" en parlant de l'équipe texane car on n'efface pas 17 années chez les Spurs comme cela. "J'espère qu'il va rester en bonne santé, souligne Parker. C'est le plus important pour lui. S'il le reste, il a le poteniel pour faire une carrière comme Tim Duncan. J'espère quil aura autant de succès que ma génération."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.