Cet article date de plus de sept ans.

LeBron et Miami tourmentent San Antonio

Emmené par un grand LeBron James, remis des crampes qui avaient écourté son Game 1, le Heat a refroidi San Antonio dans sa salle (98-96) dimanche, à l'occasion du deuxième match des Finales NBA. Miami revient à une victoire partout. Le Game 3 se jouera mardi à Miami.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
LeBron James a fait le plus gros du travail sur le parquet des Spurs. (ANDY LYONS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

A lui seul (ou presque), LeBron James a tourmenté San Antonio. Héros malheureux du Game 1, lui qui avait été contraint de quitter ses coéquipiers en raison de crampes, le "King" a contrarié les Spurs avec ses 35 points et 10 rebonds pour permettre au Heat de faire le break sur le parquet des Texans (98-96) dimanche à l'occasion du deuxième match des Finales NBA. Miami, qui était sorti vainqueur de cette confrontation en sept matches l'an passé, revient à une victoire partout, avant les deux prochains matches mardi et jeudi en Floride.

Aussi remonté en défense qu'en attaque, et alors que son équipe a compté jusqu'à onze points de retard dans le deuxième quart-temps, James a ramené son équipe à hauteur de San Antonio en alignant trois paniers de suite. C'est encore lui qui a fait la passe décisive à Chris Bosh (18 pts), complètement démarqué pour inscrire un panier primé capital à une minute du buzzer (95-93). Le Heat, très agressif en défense à l'image de son quadruple MVP, a conservé son avantage de deux points sur les Spurs, victimes d'un manque de réalisme (42,9% au tir).

Symboles de cette faillite, Tim Duncan -auteur de son 157e "double double" (18 pts, 15 rbds) en play-offs, record de Magic Johnson égalé- et Tony Parker -qui a dépassé Pippen aux points marqués en play-offs et Jordan aux passes- ont raté quatre lancers francs de suite, qui auraient pu sceller le sort de la rencontre. "On était en bonne position pour gagner ce match, mais on n'a pas su se mettre hors d'atteinte, a d'ailleurs confié le Français en quête d'un quatrième sacre de l'autre côté de l'Atlantique. Il va falloir retrouver notre meilleur basket pour remporter ce titre." Car, il le sait, San Antonio est dos au mur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers NBA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.