Cet article date de plus de cinq ans.

Joakim Noah se rapproche de New York

Les New York Knicks sont en première ligne pour recruter le pivot franco-américain Joakim Noah qui souhaite tourner la page des Chicago Bulls, rapporte la presse américaine spécialisée. Peu après l'ouverture officielle de la période des négociations, plusieurs sources faisaient état de discussions déjà avancées entre Noah et les dirigeants des Knicks. Elles porteraient sur un contrat de quatre années d'un montant global de 70 millions de dollars.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (MADDIE MEYER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

A 31 ans, Joakim Noah a grandi à New York. Et surtout, après une dernière saison cantonnée sur le banc des Bulls, il pourrait venir se relancer dans une franchise en mauvais état, mais qui a attiré dans ses filets Derrick Rose, son ami et ancien coéquipier à Chicago. "Je veux (qu'il vienne), il le sait, sa famille le sait, tout le monde le sait", avait déclaré Rose la semaine dernière lors de l'annonce de son arrivée à New York.

Les Knicks ont besoin d'un pivot après le départ de leur titulaire à ce poste, Robin Lopez, parti à Chicago dans le cadre du transfert de Rose. C'est un nouveau rival pour le Français dans l'équipe de ses débuts en NBA. Il a perdu son statut de titulaire avec l'arrivée d'un nouvel entraîneur, Fred Hoiberg, et a dû se faire opérer de l'épaule gauche, mettant un terme à sa saison prématurément en janvier. Si l'opération devait se réaliser, les Knicks auraient de l'allure avec Carmelo Anthony, Derrick Rose, Kristaps Porzingis et Noah.

Jackson, ancien entraîneur emblématique des Bulls et des Lakers, ne désespère pas de recruter également Kevin Durant (Oklahoma City), le joueur le plus convoité de l'intersaison. Les Knicks ont fini la saison 2015-16 avec un bilan largement négatif de 32 victoires et 50 défaites et n'ont plus participé aux play-offs NBA depuis 2013.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers NBA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.