Gravelines : des centaines de supporters rassemblés pour dire "au revoir" à la salle de basket détruite par les flammes

Trois jours après l'incendie qui a ravagé le complexe Sportica, où le club de basket de la ville accueillait ses rencontres de Betclic Elite, la foule s'est recueillie, jeudi, devant les décombres.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
Les décombres du centre sportif Sportica à Gravelines, après l'incendie, le 26 décembre 2023. (MAXPPP)

Un dernier "au revoir" à leur "cathédrale". Plusieurs centaines de supporters se sont rassemblés, jeudi 28 décembre, devant ce qu'il reste de la salle du club de basket-ball de Gravelines, ravagée par un incendie, lundi.

"C'est un rassemblement symbolique qui marque l'attachement des gens à cette cathédrale et au club", a affirmé à l'AFP Christian Devos, le président du BCM, évoluant en première division du championnat de France, au moment même où aurait dû se tenir la rencontre entre le club nordiste et le Paris Basket, annulée à cause de l'incendie. Pour Geoffrey Bailly, le président des Marines, cet incendie est "une épreuve" ; "Ca fait mal, mais on sera là aujourd'hui et demain on sera là", a-t-il assuré.

"Nous allons être courageux et nous allons trouver des solutions (...) Nous saurons nous relever ensemble", a déclaré au micro Marie France Louf, présidente du groupe des supporters Les Irréductibles. "On va se battre sur le terrain pour finir la saison. On a mal commencé le championnat mais on se relève et avec vous et votre dévouement on va se maintenir, on va se battre", a répondu un joueur du club, Valentin Chery.

Toujours pas de salle de repli pour le club

Lundi après-midi, un violent incendie parti de la piscine sur le site s'est propagé jusqu'à la salle de 3 000 places, bien connue de la France du basket, désormais détruite. L'enquête doit déterminer si l'infraction de "destruction du bien d'autrui par un moyen dangereux pour les personnes" est caractérisée.

Pour le club, 17e et avant-dernier, l'urgence est désormais de trouver une ou plusieurs salles afin de s'entraîner avant le match à domicile prévu le 20 janvier contre Nanterre, dont la tenue ne semble pas menacée. Les réunions se multiplient entre le club, les instances du basket hexagonal et les collectivités locales pour choisir une salle. Selon Patrice Vergriete, président de la communauté urbaine de Dunkerque et ex-maire de Dunkerque, la solution privilégiée consiste à adapter Dewerdt, la salle de Dunkerque, où jouent les handballeurs. L'autre option est la salle Calypso de Calais, selon la LNB.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.