Autoroutes : et si l'État reprenait le volant ?

Le résultat d'exploitation des autoroutes démontre leur rentabilité, avec plus de deux milliards d'euros par an. Une manne qui pourrait intéresser l'État et les régions.

FRANCE 2

Les autoroutes sont des axes incontournables pour partir en vacances. Plus de 9 000 kilomètres de bitumes bien entretenus mais chers pour les utilisateurs. Les péages ont augmenté de 20% ces douze dernières années. C'est plus que l'inflation. Les concessions des sociétés privées expirent dans les années 2030. Certains parlementaires aimeraient que l'État gère les autoroutes. "Le rapport de force entre l'État, propriétaire des routes, et les concessionnaires, est défavorable à l'État", déplore Jean-Baptiste Djebbari, député LREM de l'Indre.

Les autoroutes, une affaire très rentable

En 2017, le chiffre d'affaires des sociétés d'autoroutes s'élevait à plus de 10 milliards d'euros. Le résultat net était de 2,8 milliards d'euros. Dès 2014, l'autorité de la concurrence dénonce les sociétés d'autoroute dont "la rentabilité n'apparaît justifiée ni par leurs coûts ni par les risques auxquels elles sont exposées". Reprendre la gestion des autoroutes permettrait à l'État d'entretenir son réseau secondaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une autoroute près de Toulouse. (illustration)
Une autoroute près de Toulouse. (illustration) (REMY GABALDA / AFP)