Sécurité routière : la technologie d'Adaptation Intelligente de la Vitesse bientôt obligatoire sur toutes les nouvelles voitures

À partir de juillet 2022, les constructeurs devront équiper leurs véhicules de l'AIV (Adaptation Intelligente de la Vitesse). Avec ce système, la voiture s'adaptera automatiquement aux limitations de vitesse.

Article rédigé par
Valentin Plat - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des voitures sur une autoroute. Photo d'illustration. (R?MY PERRIN / MAXPPP)

Une voiture qui freine toute seule en cas d'excès de vitesse : cette nouvelle technologie sera obligatoire à partir de juillet 2022 pour tous les nouveaux véhicules. Cela s'appelle le système d'Adaptation Intelligente de la Vitesse (AIV). Une réglementation officiellement adoptée par la Commission européenne mercredi 17 novembre et un peu passée... sous les radars.

Ce nouveau système arrive en complément du limiteur de vitesse que l'on règle manuellement. L'AIV reconnaîtra automatiquement la vitesse maximale autorisée grâce à une caméra ou avec la position GPS du véhicule. Lorsque l'on est en excès de vitesse, le système se déclenche.

Selon l'ingénieur Fabrice Herveleu, expert de la sécurité chez UTAC, qui a travaillé sur cette technologie, "l'objectif premier c'est vraiment d'informer le conducteur que la route sur laquelle il circule est limitée à tant de kilomètres/heure et qu'il est en dépassement. Si le dépassement de vitesse est maintenu voire augmenté, il peut y avoir une alerte plus intrusive dans la conduite, soit un système qui va faire décélérer le véhicule donc qui va jouer sur les freins du véhicule pour ralentir sa vitesse." Le système est à l'étude depuis plusieurs années. Il sera quand même possible de le désactiver au moment du démarrage de votre voiture.

Une technologie critiquée

Toutefois, cette technologie suscite déjà beaucoup de réactions chez les automobilistes. C'est le cas de Benoît, il se demande si cette assistance ne va pas devenir nocive et même dangereuse à sa conduite. "Il faut parfois faire un excès de vitesse, pour pouvoir avoir le temps de doubler. Si la voiture vous empêche de le faire, ça peut être un risque également", dit-il. Un constat que partage Pierre Chasseray, responsable de l'association 40 millions d'automobilistes. Il a pu tester ce système.

"On a un système qui est à côté de la plaque quand on regarde précisément son dispositif."

Pierre Chasseray, responsable de l'association 40 millions d'automobilistes

à franceinfo

"Par exemple, si vous roulez sur autoroute, l'outil peut déceler la limitation de vitesse qui est apposée à la sortie d'autoroute, affirme Pierre Chasseray, ce qui engendre un freinage relativement brutal du véhicule et qui peut faire que les automobilistes ralentissent trop vite, trop fort et entraînent des situations fortement accidentogène."

Un discours assez contradictoire avec les estimations de la Commission européenne. Selon elle, l'AIV permettra de réduire de 30% le nombre d'accidents de la route. Une démarche qui s'inscrit dans l'ambition européenne dite Vision zéro, c'est-à-dire aucun mort sur les routes d'Europe en 2050.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Auto-Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.