MotoGP : les Ducati dominent les deux premières séances d'essais au Qatar, Quartararo troisième

Jack Miller et Francesco Bagniaia, les deux pilotes Ducati, ont dominé les deux premières séances d'essais libres MotoGP du Grand Prix du Qatar, manche inaugurale de la saison, sur le circuit de Losail ce vendredi 26 mars. Les Français Fabio Quartararo et Johann Zarco suivent en 3e et 4e position.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'Australien Jack Miller (Ducati) a dominé les essais libres du Grand Prix du Qatar ce vendredi 26 mars. (GIGI SOLDANO / STUDIO MILAGRO)

Les essais libres avaient mal commencé pour Jack Miller, victime d'une chute. Mais l'Australien ne s'est pas laissé perturber et a signé le meilleur chrono, en 1'53''385, dans des conditions de piste les plus favorables, de nuit lors des EL2. Ce temps le place à sept millièmes seulement du record de la piste signé en 2019 par l'Espagnol Marc Marquez (Honda), qui soigne toujours une fracture au bras droit subie l'été dernier et est forfait a minima pour les deux premières courses de 2021.

Son équipier au sein de l'écurie d'usine Ducati, l'Italien Bagnaia, est pointé à 35 millièmes. Suivent les Français Fabio Quartararo (Yamaha) et Johann Zarco (Ducati-Pramac), 3e et 4e. 

Joan Mir à la peine

Le seul favori manquant à l'appel dans le top 10 des deux séances est le champion en titre, l'Espagnol Joan Mir (Suzuki), 11e. De mauvais augure avant les qualifications ce samedi 27 mars, à 18h. En effet, seuls les dix premiers des trois premières séances d'essais se qualifient directement pour la deuxième et dernière partie des qualifications, au cours de laquelle se joue la pole position. Les autres doivent passer par un repêchage pour espérer viser les douze premières places sur la grille de départ. Or il sera compliqué pour Mir d'améliorer son temps lors des essais libres 3 en journée samedi, sur une piste brûlante et donc offrant moins d'adhérence.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.