Guerre en Ukraine : la Fédération internationale de motocyclisme annonce la suspension des licences des pilotes et des courses russes et biélorusses

Les compétitions organisées en Ukraine ont aussi été annulées par la FIM, samedi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le championnat MotoGP et 48 autres championnats du monde sont concernés par les annonces de la FIM, le 5 mars 2022. (GIGI SOLDANO / GIGI SOLDANO)

Après de nombreux sports, c'est au tour de la moto. Il n'y aura plus de nouvelles licences pour les concurrents russes et biélorusses dans les sports motocyclistes, a annoncé, samedi 5 mars, la Fédération internationale de motocyclisme (FIM). Celles déjà émises sont suspendues et les courses prévues en Russie, en Biélorussie et en Ukraine sont annulées en réaction à l'invasion de ce pays.

Il y aura donc 49 championnats concernés dont le championnat du monde MotoGP, l'endurance, le motocross, le trial ou encore le speedway.

La FIM suit les recommandations du CIO

"En conséquence, aucun coureur, équipe ou officiel russe ou biélorusse ne peut participer à une quelconque manifestation ou activité FIM", a précisé la fédération dans un communiqué. Et d'ajouter par son président portugais Jorge Viegas : "Nous exprimons notre sympathie et notre solidarité à l'égard de tous ceux qui souffrent de l'invasion russe en Ukraine et restons en contact étroit avec notre membre affilié d'Ukraine (FMU)".

Jorge Viegas a souligné que la plupart des événements sportifs motocyclistes dans ces trois pays avaient déjà été annulés et que "les décisions annoncées aujourd'hui sont en adéquation avec les recommandations et les déclarations du Comité international olympique, adaptées à la réalité de notre sport".

La FIM avait déjà décidé d'annuler il y a une semaine plusieurs courses de motocross et de speedway prévues dans les prochains mois à Togliatti et Orlyonok (Russie) ainsi qu'à Bucha-Kiev (Ukraine).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.