Cet article date de plus de deux ans.

Formule 1 : à l'épreuve des nouvelles règles, les écuries attaquent leurs premiers tours de piste

Les premiers essais officiels des nouvelles monoplaces se déroulent entre mercredi et vendredi sur le circuit de Barcelone.

Article rédigé par franceinfo: sport - Maël Russeau
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Charles Leclerc au volant de sa Scuderia Ferrari à Barcelone, le 23 février 2022. (ANTONIN VINCENT / ANTONIN VINCENT)

C'est un changement comme la Formule 1 n'en avait pas connu depuis 2017. Les nouvelles monoplaces qui prennent la piste, mercredi 23 février, à Barcelone, n'ont plus rien à voir avec celles qui roulaient l'an dernier. "On n'a réutilisé aucune pièce, seulement un bout du volant", confie Frédéric Vasseur, Team Principal (directeur de l'écurie) chez Alfa Romeo, à franceinfo: sport.

La conséquence d'un changement de réglementation sur la plupart des éléments des voitures qui aura inévitablement un impact sur la saison et marque le début d'une nouvelle ère. Le plus visible d'entre eux est l'apparition de pneus 18 pouces (contre 13 auparavant) qui modifient l'équilibre de la voiture et entraînent une gestion différente de ces pneumatiques, un des grands enjeux des pilotes pendant la course. 

Un nouvel aérodynamisme pour favoriser les dépassements

Tout l'aérodynamisme a également été repensé pour favoriser l'effet de sol interdit depuis 1983, grâce à une pièce plus large sous la voiture facilitant l'appui. Un nouveau design des véhicules visant à réduire "l'air sale", c'est-à-dire les perturbations aérodynamiques qui entraînaient des pertes d'appuis pour les voitures qui les suivaient en piste. Les monoplaces devraient donc se suivre plus facilement notamment dans les virages sans perdre de performance. Une nouveauté favorisant les dépassements. 

"On ne saura qu'à Bahreïn (premier Grand Prix de la saison, NDLR) si c'est vraiment efficace, tempère Frédéric Vasseur sur le possible rapprochement des voitures en piste. Le resserrement de la grille vient par la stabilité. Avec les changements de règlements, on a plutôt des divergences de performance."

Un budget plafonné 

Mais les espoirs d'une saison intense et serrée entre plusieurs pilotes et écuries demeurent. D'autant plus que Mercedes et Red Bull ont redoublé d'efforts l'an dernier dans la course au championnat du monde. Dans le même temps, les autres écuries préparaient déjà 2022. 

"On a eu la nouvelle réglementation fin 2020, on a attaqué le projet très tôt en sacrifiant 2021 pour se consacrer à cette nouvelle voiture."

Frédéric Vasseur

franceinfo: sport

Et personne ne pourra dépenser sans compter avec un budget plafonné par la FIA. Déjà en place l'an dernier, il sera attentivement scruté cette saison car le développement des nouvelles monoplaces a entraîné un coût bien plus conséquent qu'en 2021. Une réglementation pensée là aussi pour rééquilibrer les rapports de force entre les écuries.

Pierre Gasly lors d'une séance de tournage vidéo à Misano (Italie), le 15 février 2022. (Red Bull Content Pool via AFP)

Les attentes sont d'autant plus fortes pour les écuries qu'en 2014, lors d'un précédent chamboulement des règles, Mercedes avait réussi un coup de maître pour prendre le dessus sur Red Bull, intouchable jusque-là, et commencer une série de huit titres consécutifs au championnat des constructeurs. Une domination qui pourrait s'estomper avec un retour notamment de Ferrari. L'écurie historique qui fêtera ses 75 ans n'a plus été championne du monde des constructeurs depuis 2008 et a connu son pire classement des quarante dernières années en 2020. Le changement d'ère est donc accueilli avec enthousiasme à Maranello, siège historique de l'écurie en Italie.

Une nouvelle saison attendue par tous

Une excitation ressentie dans le paddock. Fernando Alonso, sur ses terres pour les essais, attend avec impatience la première extinction des feux le dimanche 20 mars à Bahreïn. "Je suis revenu en F1 en 2020 pour cette nouvelle réglementation", a confié le quarantenaire, double champion du monde au moment de la présentation de la nouvelle Alpine A522, lundi à Paris.

"On est toujours excités au début de l'année, c'est la rentrée des classes mais là c'est vrai que ça a un goût particulier", avoue de son côté Frédéric Vasseur. Une saison pleine de nouveautés pour lui avec, en plus de la réglementation, un moteur Ferrari qui a connu un "step up" et deux nouveaux pilotes : Valtteri Bottas et Guanyu Zhou. A Barcelone, ils rouleront pour la première fois avec leur nouvelle monoplace et auront un mois pour affiner les derniers réglages avant le début d'une saison qui pourrait être pleine de surprises.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.