Athlétisme : les Français Hassan Chahdi et Nicolas Navarro cassent la barre des 2 h 09 au marathon

A Séville, les deux Français ont longtemps couru, dimanche, sur les bases du record national de Benoît Zwierzchiewski, vieux de dix-neuf ans, avant de faiblir. 

Article rédigé par
Anaïs Brosseau - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nicolas Navarro, à l'arrivée du marathon des JO de Tokyo, le 8 août 2021. (GIUSEPPE CACACE / AFP)

Le record de France du marathon de Benoît Zwierzchiewski – 2'06''36 – a tremblé pendant trente kilomètres. Dimanche 20 février, dans les rues de Séville en Espagne, Nicolas Navarro et Hassan Chahdi sont partis sur les bases folles de 3'00 au kilomètre (20 km/h). Sur un parcours réputé pour être ultra rapide, les marathoniens français avaient affiché leur ambition de faire tomber ce vieux record, établi en 2003 sur le tracé bien moins plat du marathon de Paris.

Dans les clous jusqu'au 30e kilomètre, les deux coureurs ont cédé sur les douze derniers. Dans une course remportée par l'Ethiopien Asrar Abderehman en 2'04''43, Hassan Chahdi a franchi la ligne en 2'08"18 et rabote de près d'une minute sa meilleure marque sur la distance. Il termine une poignée de secondes devant Nicolas Navarro (2'08''29), 12e aux JO de Tokyo, qu'il a repris au 40e kilomètre.

Même si la comparaison doit être nuancée du fait des avancées technologiques, avec ces chronos, Hassan Chahdi et Nicolas Navarro deviennent les 5e et 6e meilleurs performeurs français de tous les temps sur marathon. Et valident dans le même temps le minima – fixé à 2'08''40 par la Fédération française d'athlétisme – pour les championnats du monde de Eugene (Etats-Unis), du 15 au 24 juillet.

Une densité inédite

Troisième Français, Benjamin Choquert, parti plus prudemment, réalise une fin de course solide pour boucler les 42,195 km en 2'09''29. Une nouvelle fois perclus de crampes, l'ancien demi-fondeur Florian Carvalho a tenu à finir en 2'12''08 – loin de ses 2'10''30 réalisé à Valence en 2020. Duncan Perrillat termine à ses côtés en 2'12''12. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Riad Ō (@manag_r)

Avec Mehdi Frère (2'08''53, à Valence en 2020), Morhad Amdouni (2'09''14, à Paris en 2019) et Yohan Durand (2'09''21), le marathon français connaît, chez les hommes, une densité inédite depuis deux ans. 

Côté femmes, Mélody Julien signe à Séville un prometteur 2'31''37, seulement quatre mois après ses débuts sur la distance à Amsterdam (2'40"24). L'athlète a sûrement payé un départ trop rapide – elle est partie sur les allures du record de France de Christelle Daunay (2'24''22). Mais à 22 ans, la Tarnaise incarne l'espoir du fond français féminin et remplit son objectif premier : décrocher sa qualification pour les championnats d'Europe de Munich

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Marathon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.