Dopage et corruption : un rapport éclabousse la Fédération internationale d’athlétisme

Un document sur de la corruption liée au dopage dans l’athlétisme sera dévoilé lundi par l’Agence mondiale antidopage. Il pourrait déclencher un véritable cataclysme dans un sport déjà fortement secoué ces derniers jours.

(La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), dont le siège est à Monaco, dans l'attente d'un rapport sur le dopage © Reuters / Eric Gaillard)

L’Agence mondiale antidopage (AMA) rendra publiques lundi à Genève les conclusions d’un rapport indépendant qu’elle a commandé à des experts. Selon Mediapart et le magazine Lyon Capitale qui ont eu accès à l’étude, plusieurs responsables de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) pourraient être mis en cause dans des affaires de corruption, principalement en Russie.

Ce dimanche, le nouveau président de l'IAAF, Sébastian Coe a réagi dans un entretien au journal britannique Sunday Times et jugé "odieux" que des dirigeants aient pu "extorquer de l'argent" à des "athlètes coupables de violation des règles antidopage" .

A LIRE AUSSI ►►►Corruption : l'ex-patron de l'athlétisme mondial, Lamine Diack, mis en examen

Dopage et corruption

Un système de chantage aurait été organisé à l’échelle mondiale. Des responsables de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) auraient ainsi racketté des athlètes qui se dopaient en les menaçant de tout révéler. Des athlètes se seraient donc retrouvés dans l'obligation de payer des intermédiaires de l’IAAF, sous peine d’exclusion pour dopage, à la veille de grande compétition. Ce serait le cas de la marathonienne, Liliya Shobukhova, qui aurait réglé la somme de 569.000 dollars en trois fois avant les Jeux Olympiques de Londres.

François Bonnet, rédacteur en chef à Mediapart , a eu le rapport entre les mains. Il évoque "un système simple et à la fois sophistiqué pour faire chanter des athlètes soupçonnés de dopage ". 

"Plusieurs dizaines de cas d'athlètes très connus, on verra ce qui est rendu public demain" : François Bonnet, rédacteur en chef à Mediapart
--'--
--'--

Il y aurait eu des arrangements financiers entre des fédérations et l’IAAF pour blanchir des  athlètes. Le rapport apparemment accablant cite notamment une affaire concernant la fédération russe et six de ses athlètes figurant sur une liste de sportifs dopés.

A LIRE AUSSI ►►►Athlétisme : le dopage serait à l’origine d’un tiers des médailles

Il s’agirait d’une véritable mafia pilotée par l'ancien président de la Fédération internationale, le Sénégalais Lamine Diack, remplacé en août 2015 par Sebastian Coe. Lamine Diack a été mis en examen mercredi dernier par la justice française pour corruption. Son réseau serait aussi visé, par le biais notamment de son fils, Pape Massata Diack, ancien conseiller marketing de la Fédération internationale d’athlétisme forcé à la démission en 2014.  Il aurait tenté d’extorquer cinq millions de dollars au Qatar, candidat à l’organisation des championnats du monde d’athlétisme en 2017.