Corruption dans l'athlétisme : "Si tout cela est réel, c'est un vrai scandale" (Bernard Amsalem)

Bernard Amsalem, président de la Fédération française d’athlétisme (FFA) réagit aux soupçons de corruption au sein des instances internationales. Il s'agit de chantage présumé auprès d'athlètes qui se seraient dopés.

(Bernard Amsalem, président de la Fédération internationale d'athlétisme © MaxPPP)

Les révélations dimanche autour d'un rapport sur de la corruption dans le monde de l'athlétisme font beaucoup de bruit. Cette étude a été demandée par l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui doit la rendre publique lundi à Genève. Invité de France Info, le président de la Fédération nationale d'athlétisme (FFA), Bernard Amsalem, a estimé qu'il faut "externaliser les contrôles de dopage" et qu' "on ne peut pas ête juge et partie"

A LIRE AUSSI ►►►Dopage et corruption : un rapport éclabousse la Fédération internationale d’athlétisme

L'affaire porte sur du chantage qui aurait été exercé sur des sportifs soupçonnés de dopage. Ils auraient obligés de payer afin d'assurer leur participation à de grandes compétitions. Selon Bernard Amsalem, il est heureux que la Fédération internationale ait changé de président en août. "Le nouveau président, Sébastian Coe" dit-il "va avoir beaucoup de travail" et "il est temps de faire le ménage" .

 

"Il faut externaliser les contrôles. On ne peut plus confier aux fédérations le soin du suivi médical et du suivi biologique et après sanctionner" 

"On ne peut pas être juge et partie, il faut une autorité extérieure" : Bernard Amsalem, président de la fédération nationale d'athlétisme (FFA)
--'--
--'--

Bernard Amsalem précise qu'à sa connaissance, "il est question dans cette affaire d'athlètes russes et d'une athlète turque". Le patron de la FFA précise qu'il ne faut pas généraliser ajoutant : "en ce qui me concerne, à la Fédération nationale d'athlétisme, je n'ai jamais eu vent de quoi que ce soit dans ce domaine-là"