Cet article date de plus de six ans.

Zurich: Lemaître ne veut pas redevenir l’élève

Battu par les Anglais Dasaolu et Gemili sur 100 et 200 mètres aux Championnats d’Europe de Zurich, Christophe Lemaitre ne veut pas rentrer dans les rangs. Pour retrouver les sommets, le sprinteur français engagé avec le relais 4x100 tricolore est "prêt à changer des choses".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Le niveau est beaucoup plus relevé qu’il y a quatre ans. Et moi je n’ai pas été capable de l’atteindre". A la sortie de son 200 mètres argenté, Christophe Lemaitre est lucide. En 19’’99, le Britannique Adam Gemili l’a surclassé sur le demi-tour de piste. "Il y a une génération de sprinteurs de plus en plus forts qui ont envie de s’inviter, reprend le sprinteur français. Je dois faire attention et augmenter mon niveau". Depuis les Mondiaux de Daegu lors desquels il avait mais le Britannique James Dasaolu le mettait KO. "Je me suis déjà fait battre par un Anglais sur le 100, hors de question que ça recommence sur le 200", disait-il encore après sa qualification pour la finale sur le demi-tour de piste.

Athlète le plus médaillé des Championnats d'Europe 

Le lendemain, le tartan l’a rappelé à sa dure réalité. "Bizarrement j'ai quand même l'impression d'avoir fait un meilleur virage qu'en série puis en demies, détaille Lemaitre. Mais je me suis senti hors du coup. Même si j'ai fait ce que je sais faire dans la ligne droite, mes jambes ne pouvaient plus aller de l'avant". Où quand le corps ne suit plus l’esprit. "Il faut que je trouve les ressources mentales pour me battre et faire quelque chose", reprend le "guépard de Savoie". Athlète le plus médaillé de l’histoire des Championnats d’Europe (6 médailles, 3 or, 2 argent, 1 bronze), Christophe Lemaitre n’accepte pas de quitter le premier rang de la classe. En remportant l’or avec le relais 4x100 français, il le retrouverait. Mais pour combien de temps ?

Vidéo: La finale du 100 m

Vidéo: La finale du 200 m

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.