Cet article date de plus de quatre ans.

France-Espagne : L'arbitrage vidéo va "Amener de la sérénité" dans le jeu et "de la transparence dans les décisions"

Pour la première fois en France mardi 28 mars, l'arbitrage vidéo va être utilisé lors du match amical des Bleus contre l'Espagne, au Stade de France. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Équipe de France à l'entraînement ke 23 mars 2017. (FRANCK FIFE / AFP)

L'équipe de France de football reçoit l'Espagne mardi 28 mars au Stade de France en match amical. L'arbitrage vidéo sera utilisé, une première dans l'Hexagone. La vidéo avait déjà été testée en Italie lors d'une rencontre amicale Italie-France le 1er septembre 2006. 

Invité de franceinfo, Patrick Lhermite, vice-président de la commission fédérale des arbitres et ancien arbitre international, estime que l'arbitrage vidéo va permettre d'amener une "sérénité" dans le jeu.

franceinfo : L'arbitrage vidéo est-il bon pour le football ?

Patrick Lhermite : Bien évidemment. Je pense que ça va amener de la sérénité pour tout le monde. Pour les joueurs, pour les arbitres en particulier. Chaque personne qui a arbitré à ce niveau-là sait que parfois on est traversé par le doute.

L'arbitrage vidéo est-il sûr à 100% ?

Comme toute technologie, il n'y a jamais rien de fiable à 100% mais on essaie de se rapprocher du zéro écart. Le protocole de la Fifa s'appuie sur plusieurs situations majeures : après un but marqué, pour vérifier que le but n'est pas entaché d'un hors-jeu, dans les situations de penalty sifflé, sur un carton rouge, et puis sur une erreur d'identité lorsqu'un joueur prend un carton. Tout cela va amener un peu plus de transparence dans les décisions. ll y a deux arbitres vidéo dans le car régie. Ils vont voir le match en direct, analyser les images. En cas d'extrême doute, les images seront envoyées sur une tablette au bord du terrain, pour qu'éventuellement l'arbitre central puisse venir prendre connaissance. En dernier ressort ce sera toujours l'arbitre central qui prendra la décision.

La vidéo ne dénature-t-elle pas le football ?

Depuis des années, les lois du jeu sont modifiées pour augmenter le temps de jeu. L'une des contraintes de l'arbitrage vidéo est surtout de ne pas interférer dans le jeu systématiquement et de le ralentir. Le but ce soir est de faire comme pendant le match Italie-France, où quasiment personne ne s'est aperçu qu'il y avait un arbitrage vidéo.

L'arbitrage vidéo a vocation à "corriger une erreur qui aurait un impact direct sur les résultats", Patrick Lhermite,  vice-président de la commission fédérale des arbitres et ancien arbitre international à franceinfo.
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.