Cet article date de plus d'un an.

24 Heures du Mans : nouveau carburant, première pour Sébastien Ogier, Alpine face à Toyota… Ce qu’il faut savoir sur l’édition 2022

La mythique course d’endurance se dispute samedi et dimanche, sur le circuit des 24 Heures.

Article rédigé par Maÿlice Lavorel, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
La Toyota n°8 devant la Toyota n°7 sur le circuit des 24 Heures du Mans lors de la deuxième séance d'essais libres, le 19 août 2021. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

La course d'endurance la plus célèbre au monde fait son retour au Mans ce week-end. Au total, 62 voitures vont prendre le départ de la 90e édition des 24 Heures du Mans, samedi 11 juin, à 16 heures, pour un jour complet de course, avant de voir le drapeau à damier dimanche. De l'enjeu sportif aux pilotes engagés, en passant par les nouveautés, franceinfo: sport fait le point sur ce qu'il faut savoir avant le début de l'épreuve.

Un nouveau carburant renouvelable dans les réservoirs

Cette année, les véhicules rouleront avec un tout nouveau carburant dans les réservoirs. L'Excellium Racing 100 est 100% renouvelable, produit à partir de déchets de l'agriculture viticole française. Il a été testé dès le début de la saison, lors de la première manche en mars aux 1000 miles de Sebring (en Floride, aux Etats-Unis). C'est une nouvelle étape dans la volonté de réduction de l'impact environnemental du championnat d'endurance (WEC), un an après l'Excellium Endurance, qui comportait 10% de bioéthanol avancé.

La première de Sébastien Ogier et une star d'Hollywood parmi les engagés

La liste des engagés de l'édition 2022 comporte plusieurs noms bien connus des amateurs de sport automobile. Le Français Sébastien Ogier, octuple champion du monde des rallyes, va disputer l'épreuve pour la première fois de sa carrière, à 38 ans, avec l'écurie Richard Mille Racing, dans la catégorie LMP2. Il fera notamment équipe avec sa jeune compatriote Lilou Wadoux (21 ans), l'une des cinq femmes engagées cette année.

Plusieurs anciens pilotes de Formule 1 prendront aussi le départ, comme le Français Sébastien Bourdais, mais aussi Robert Kubica, Giancarlo Fisichella, Felipe Nasr ou encore Esteban Gutierrez. L'acteur irlandais Michael Fassbender (vu dans les films X-Men, Inglourious Basterds, Twelve Years a Slave…) sera aussi de la partie en catégorie LMGTE amateur, au volant d'une Porsche 911. Enfin, l'Américain Joshua Pierson, engagé en LMP2 avec United Autosports USA, va devenir, à 16 ans, trois mois et 25 jours, le pilote le plus jeune de l'histoire à prendre part à la course.

Toyota pour la passe de cinq, Alpine en embuscade

Si Toyota s'annonce comme la grande favorite de cette 90e édition, comme toujours, tout est possible au Mans. La firme japonaise est d'ailleurs bien placée pour le savoir, elle qui avait attendu bien longtemps et vécu moult péripéties avant son premier sacre en 2018.

Le constructeur japonais, qui mise toujours sur sa GR010 Hybrid (le seul prototype Hypercar hybride du plateau), a remporté les quatre dernières éditions dans la catégorie reine (LMP1, devenue Hypercar), et brigue une cinquième victoire d'affilée ce week-end, un exploit seulement réussi par Audi et Porsche. Toyota rejoindrait alors le top 5 des constructeurs les plus titrés de l'histoire de l'épreuve. Ce succès permettrait aussi au team Toyota Gazoo Racing de se rapprocher de Bentley et de ses six sacres.

Mais Alpine aura aussi son coup à jouer, après sa troisième place sur le podium en 2021. Les trois pilotes au volant de l'Alpine A480 (Nicolas Lapierre, Matthieu Vaxiviere et André Negrao) ont frappé fort en début de saison en s'adjugeant la course inaugurale à Sebring, après avoir signé la pole position et dominé la course de bout en bout.

Le retour du public en nombre

Après deux ans de pandémie, plus rien n'empêche le public de retrouver les 24 Heures du Mans, qui plus est aux dates habituelles de l'événement. En 2020, la course avait été reportée à fin septembre et s'était déroulée à huis clos en raison des règles sanitaires. L'année suivante, le rendez-vous avait encore été décalé, à fin août cette fois : 50 000 spectateurs avaient garni les tribunes du circuit des 24 Heures, soumis au pass sanitaire.

Ce week-end, 260 000 personnes sont attendues aux abords du circuit, sans aucune restriction. Le Mans a bel et bien retrouvé son émulation d'antan puisque de nombreux supporters sont déjà arrivés pour assister au pesage des bolides ainsi qu'aux premières séances de vérifications et de roulage. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.