Nouveau gouvernement : qui est Amélie Oudéa-Castéra, nommée ministre des Sports, des Jeux olympiques et paralympiques

Après plusieurs jours de suspense, le nouveau gouvernement a été annoncé vendredi, avec notamment la nomination de la directrice générale de la Fédération française de tennis comme ministre des Sports.

Article rédigé par
Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Amélie Oudéa-Castera, alors directrice générale de la Fédération française de tennis, le 9 décembre 2021. (CHRISTOPHE SAIDI/SIPA)

Elle avait souvent été citée pour le poste. Amélie Oudéa-Castera a été nommée au ministère des Sports, des Jeux olympiques et paralympiques, vendredi 20 mai. Directrice générale de la Fédération française de tennis (FFT) lors de la victoire de Gilles Moretton à l'élection en 2021, elle va donc lâcher la petite balle jaune, alors même que le tournoi de Roland-Garros débute dimanche.

44 ans, elle présente un profil hybride mêlant sport et haute fonction publique. Franceinfo: sport vous en dit plus sur cette personnalité discrète, qui va devenir l'une des personnes les plus influentes du sport français.

Une courte carrière au plus haut niveau

La petite balle jaune a toujours fait partie de la vie d'Amélie Oudéa-Castéra. Plus qu'un simple loisir, sa pratique du tennis l'a menée vers une carrière de haut niveau. La Parisienne s'est surtout distinguée en compétitions de jeunes, remportant l'Orange Bowl minimes (qui rassemble les meilleurs mondiaux de cette catégorie d'âge), atteignant les demi-finales juniors de l'US Open (1993) puis de Wimbledon et Roland-Garros (1994). Le tournoi parisien constitue une sorte de fil rouge pour la destinée d'"AOC", laquelle a disputé l'édition 1994 chez les seniors. 

Classée 251e joueuse mondiale en 1995 (au mieux, 18e Française), elle a arrêté sa carrière un an plus tard, la majorité à peine atteinte. Son dernier match ? "C'était un double avec Amélie Mauresmo, racontait-elle aux Echos en mai 2021. Nous avons perdu. J'ai décidé aussitôt de préparer le concours d'entrée à Sciences Po. Je savais que je ne serais pas l'une des meilleures joueuses."

Une haute fonctionnaire multidiplômée

Reçue à Sciences Po, Amélie Oudéa-Castera obtient ensuite une maîtrise de droit puis un Master à l'Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales. Elle est admise dans la foulée à l'ENA, s'inscrivant dans la lignée d'un père lui-même énarque.

A Strasbourg, elle côtoie un certain Emmanuel Macron dans la promotion Léopold Sédar Senghor avant de commencer sa carrière professionnelle à la Cour des Comptes en 2004. Mais sa carrière ne la cantonnera pas qu'au secteur public.

Approchée pour diriger l'Agence nationale du sport

Naviguant entre le public et le privé, Amélie Oudéa-Castéra occupe des rôles stratégiques à AXA puis chez Carrefour (d'où elle est partie en mars). Son parcours dans le e-commerce lui permet d'être élue, en 2020, "Femme du digital" de l'année.

Désireuse de se rapprocher de ses premières amours, elle rejoint l'association Sport dans la ville en 2016, qui vient en aide à des jeunes des quartiers prioritaires. Elle crée en 2018 l'association Rénovons le sport français, dont elle est toujours la présidente.

En 2018, elle est même approchée pour diriger la toute nouvelle Agence nationale du sport. L'ancienne tenniswoman décline en raison de ses fonctions dans la grande distribution. Elle aurait partagé le poste avec... Jean Castex.

Proche du pouvoir

Si Laura Flessel lui a été préférée en 2017 dans le premier gouvernement d'Edouard Philippe, Oudéa-Castera avait déjà été pressentie pour devenir ministre des Sports après l'élection d'Emmanuel Macron. Sa proximité avec le pouvoir a été visible le 11 juin 2021 à Roland-Garros. Souvenez-vous : Novak Djokovic et Rafael Nadal se livraient un combat d'anthologie en demi-finale de Roland-Garros (finalement remportée par le Serbe), temporairement interrompu par le couvre-feu alors fixé à 23 heures pour que les spectateurs évacuent les lieux.

Si le public a finalement obtenu une dérogation pour assister au choc, Amélie Oudéa-Castera n'y est pas étrangère. Alors directrice générale de la FFT, "en relation permanente avec l'Élysée et Matignon, [elle] a obtenu l'autorisation un peu à la dernière minute de continuer", avait révélé Giles Moretton, président de la FFT sur RMC Sport.

1/2 finale : l'interview de Gilles Moretton qui a arraché la dérogation pour le maintien du public

Le public, qui a ironiquement scandé "merci Macron !" dans la foulée, n'avait pas, alors, conscience du rôle joué par cette femme de l'ombre, désormais en pleine lumière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Roland-Garros 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.