Cet article date de plus de neuf ans.

Legrand en bronze

Sous les yeux de François Hollande, le Français Ugo Legrand (- 73 kg) a remporté la médaille de bronze face au Sud-Coréen Ki-Chun Wang, la star de la catégorie. Il apporte la sixième médaille à la délégation française, la troisième en bronze pour l'équipe de France de judo.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

Attendu depuis son titre mondial chez les juniors en 2008 (comme Teddy Riner) avec des mouvements venus d'ailleurs, Ugo Legrand doit encore se demander comment battre sa bête noire, le Néerlandais Dex Elmont. Déjà barré en demi-finale de "ses" mondiaux à Paris en 2001, le Français de 23 ans a encore buté sur ce judoka malin et roublard en quart de finale cette fois-ci. Il n'a jamais pu placer son judo léché et technique, ni son kumi-kata de gaucher. Il était venu pour le titre, il repart avec un bronze prometteur comme lors des mondiaux à Paris en 2011.

Legrand tombe face à sa bête noire

Et pourtant, le journée avait bien débuté. Le champion d'Europe en titre a battu le Polonais Tomasz Adamiek sur wazz-ari avec son spécial, un uchi-mata, c'est-à-dire un fauchage dans l'intérieur des cuisses suivi d'un mouvement de hanche, puis l'Egytien Hussein Hafiz, pénalisé d'un yuko durant le golden score malgré un nez en sang. Celui qui est monté de catégorie pour mieux exprimer ses qualités n'a pas trouvé de solution face à Elmont. Mieux physiquement dans le golden score après un combat serré, le Néerlandais a tout donné dans un harai-goshi pour conclure un ippon.

Le bronze comme à Paris 

Comme à Paris en 2011, le pensionnaire de l'US Orléans a du ravaler sa déception pour les difficiles repêchages. Dans un combat tactique face à un adversaire version lutteur, le Tadjik Rasul Boqiev, le champion d'Europe en titre le champion d'Europe en titre a gardé son calme pour aller chercher une finale de repêchage. Face à Sud-Coréen Ki-Chun Wang, champion du monde en 2009, qu'il avait "ipponisé" en 40 secondes au dernier championnat du monde à Paris, le Français n'a pas joué petit bras sans trouver l'ouverture. Dans la première minute du du golden score, le pensionnaire de l'US Orléans s'est fait surprendre à deux reprises par son adversaire. Sans se décourager, il est aller au bout de ses idées pour "ipponiser" à nouveau son adversaire. Du grand art!

Au final, Le Russe Mansur Isaev s'est adjugé l'or de la catégorie devant le Japonais Riki Nakaya. Le Mongol Nyam-Ochir Sainjargal a lui battu le... Néerlandais Dex Elmont pour obtenir l'autre médaille de bronze. Legrand s'offre donc une belle médaille de bronze dans un tableau relévé. "Ça été une très belle et très dure journée et je suis heureux qu'elle se  termine ainsi, en battant le N.1" a-t-il conclu. En attendant mieux. 

La joie de Legrand

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.