JO 2021 : les athlètes auront plus de possibilités d'exprimer leurs opinions

Les sportifs présents aux Jeux olympiques de Tokyo pourront exprimer leurs points de vue politiques jusqu'au début de leurs épreuves.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les participants aux JO de Tokyo 2020 devront se faire tester quotidiennement.  (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Plus de liberté d'expression accordée aux athlètes. Le Comité international olympique (CIO) a annoncé vendredi 2 juillet dans un communiqué avoir autorisé les sportifs se rendant aux Jeux olympiques de Tokyo à exprimer leurs points de vue politiques, jusqu'au début de leurs épreuves.

Dans un guide actualisé à destination des athlètes, le CIO a modifié un point de règlement concernant leur droit d'expression : ils pourront désormais s'exprimer sur des sujets politiques ou sociétaux lorsqu'ils s'adresssent aux médias, lors des réunions d'équipe, sur les réseaux sociaux et même juste avant les départs de leurs épreuves.

Une tendance à la politisation des sportifs

Cette refonte de l'article 50 de la Charte olympique, qui bannissait jusque-là toute "démonstration ou propagande politique" était attendue tant il paraissait à beaucoup inadapté, à l'heure du soutien affiché par nombre de sportifs à des mouvements comme "Black Lives Matter" qui symbolise la lutte anti-racisme.

De nombreux sportifs, basketteurs, footballeurs ont pris l'habitude de poser un genou à terre et de lever le poing avant le coup d'envoi de leur match dans un geste devenu symbolique. Ils pourront également porter des tenues arborant des opinions.

3 500 athlètes consultés

"Ce nouveau guide est le résultat d'une consultation à grande échelle avec les athlètes", a déclaré Kirsty Coventry, présidente de la commission des athlètes au CIO. Cette consultation lancée en juin 2020 auprès de 3 500 athlètes représentant plus de 185 pays et les 41 sports olympiques, garantissant aussi une représentation "parfaitement équilibrée des sexes".

"Le manuel offre la possibilité aux athlètes de s'exprimer avant les compétitions mais il préserve aussi la compétition, les cérémonies officielles et le Village olympique. Et c'était le souhait d'une grand majorité d'athlètes lors de notre consultation", a ajouté l'ancienne nageuse zimbabwéenne.

Les épreuves et les cérémonies non concernées

Les athlètes ne pourront en effet pas manifester pendant leurs épreuves, ni sur les podiums, ni pendant les hymnes, ni lors des cérémonies d'ouverture et de clôture ou encore dans le village olympique.

Le CIO rappelle que les athlètes doivent toutefois respecter les principes de l'olympisme, ne doivent pas "viser des gens en particulier, des pays, des organisations et toucher les gens dans leur dignité" sous peine de sanction.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.