Cet article date de plus de trois ans.

JO 2018 - Bosses : Les Français restent loin du podium

Après le sacre de Perrine Laffont dimanche, les Français du ski de bosses, Benjamin Cavet, Sacha Theocharis et Anthony Benna n'ont pas brillé à Pyeongchang et sont restés loin du podium olympique. C'est le prodige canadien Mikael Kingsbury qui a remporté l'or.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Comme chez les femmes, le format de l'épreuve prévoyait une première manche de qualifications disputée vendredi, à l'issue de laquelle les 10 meilleurs étaient sélectionnés pour la première des trois manches de la finale. Les 20 autres devaient en passer lundi par un deuxième "run" de qualifications offrant 10 places supplémentaires en finale.

Le premier des trois Français être éliminé a été Benjamin Cavet, qui n'est pas parvenu à se hisser en finale lors de la deuxième manche de qualifications. Classé 21e de la Q1 vendredi, il n'a pas amélioré son score et a fini 15e des 20 repêchés. Egalement passé par ce repêchage, Anthony Benna a lui réussi à atteindre la finale. Lors de la première manche, 12 des 20 skieurs pouvaient se qualifier pour la finale 2. Et Benna a fini 13e.

Le "King" Kingsbury

Quelques instants auparavant, il s'était arrêté en zone mixte et avait regretté une petite erreur à la réception de son deuxième saut qui, selon lui, lui avait coûté quelques points. "Je suis toujours sur un fil, je peux jamais faire un truc tranquille, ça fait chier", regrettait, avec le sourire, celui qui disputait ses troisièmes JO.  Sacha Theocharis a lui pris la 12e place de la finale 1 et a donc pu disputer la finale 2. Il devait réussir un des six meilleurs scores pour disputer la dernière manche, celle au terme de laquelle sont attribuées les médailles, mais il ne s'est classé que 9e.

Pour la gagne, c'est le Canadien Mikael Kingsbury, médaillé d'argent à Sotchi et roi incontesté de la discipline, qui s'est imposé devant l'Australien Matt Graham et le Japonais Daichi Hara.
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.