Cet article date de plus de huit ans.

Hennequin parachève le cauchemar de l'haltérophilie française

L'haltérophilie française a bu vendredi le calice jusqu'à la lie en voyant son troisième athlète engagé aux JO de Londres éliminé en finale, sans avoir soulevé une seule barre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Vice-champion du monde l'an dernier à Paris, Benjamin Hennequin n'aura passé que six petites minutes en finale de la catégorie des moins de 85 kg, réalisant un zéro pointé. Le sportif originaire de la région bordelaise a échoué à trois reprises à l'arraché d'une barre de 163 kg, un résultat synonyme d'élimination, avant même de disputer l'épreuve de l'épaulé-jeté. Avant lui, plus tôt dans la semaine, les autres Français engagés aux JO de Londres avaient connu pareil sort, dissipant ainsi le souvenir de la belle médaille d'argent glanée à Pékin par Vencelas Dabaya.

"Ça ne sert à rien de parler maintenant sinon je vais dire des conneries et faire du mal aux gens", a dit furtivement à la presse Benjamin Hennequin en filant à l'anglaise, les yeux bouillant de colère. "C'est un cauchemar", a expliqué par la suite l'entraîneur national Frantz Félicité. "Juste avant la finale, il venait de soulever une barre à 160 kg à l'échauffement et tout allait bien. Mais quand il est monté sur le podium, ça a été la douche froide", a-t-il ajouté. "Trois garçons, trois zéros. On ne peut pas faire pire", a-t-il conclu, la mine déconfite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.