JO 2021 - Tennis de table : pour la première fois depuis 2004, un titre olympique échappe à la Chine

A domicile, le Japon a créé la sensation en remportant la médaille d’or du double mixte face aux ogres chinois.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jun Mizutani et Mima Ito (de face), ont privé les Chinois Xu Xin et Liu Shiwen de la médaille d'or, lundi 26 juillet, aux Jeux olympiques de Tokyo. (ZHENG HUANSONG / XINHUA)

Coup de tonnerre dans le monde du "ping". Pour la première apparition du double mixte au Jeux olympiques, la Chine a été battue par le Japon au terme d’un match à rebondissements dans le Tokyo Metropolitan Gymnasium, lundi 26 juillet. Après la médaille de bronze remportée par les Taïwanais Lin Yun-ju et Cheng I-Ching face aux Français Emmanuel Lebesson et Jia Nan Yuan, la paire locale, composée de Jun Mizutani et Mima Ito a réussi à renverser les favoris du jour, Xu Xin et Liu Shiwen.

Mené deux sets à zéro après un gros quart d'heure de jeu, le duo Mizutani-Ito est revenu dans la rencontre à la force du poignet en remportant les trois manches suivantes. Et si la paire chinoise s'est offert le droit de disputer un septième set décisif, ce sont bien les locaux qui ont décroché le Graal olympique (4-3 : 5-11, 7-11, 11-8, 11-9, 11-9, 6-11, 11-6). Jun Mizutani remporte sa deuxième médaille aux Jeux après le bronze à Rio (2016) en individuel, mais surtout le pays du Soleil-Levant décroche le tout premier titre olympique de son histoire en tennis de table.

Le duo japonais, mené en début de match, a finalement remporté la finale de tennis de table en double mixte face à la Chine.

28 titres sur 32 remportés par la Chine avant Tokyo

Côté chinois, c’est la soupe à la grimace. Ultra dominateur, le pays avait pris l'habitude de ne laisser que des miettes à ses adversaires. Avant les Jeux olympiques de Tokyo, les Chinois étaient montés sur la première marche à 28 reprises sur 32 podiums olympiques. Lors de l’arrivée du "ping" en 1988 aux JO de Séoul, les Sud-Coréens avaient rivalisé avec l’ogre chinois en remportant deux titres, le simple messieurs (Yoo Nam-kyu) et le double dames (Hyun Jung-hwa et Yang Young-ja). Le Suédois Jan-Ove Waldner, seul Européen titré aux Jeux, s’était ensuite imposé en 1992 à Barcelone.

Depuis, l’Empire du Milieu dominait sans partage… Ou presque. En 2004, à Athènes, le Sud-Coréen Ryu Seung-min avait battu en finale le Chinois Wang Hao, véritable Poulidor du tennis de table dans l’épreuve individuelle aux Jeux (deuxième en 2004, 2008 et 2012). Après cette cinquième "défaite" olympique dans un sport qu’elle domine outrageusement, la Chine va rapidement tenter de reprendre sa ruée vers l’or lors des quatre épreuves restantes (simples hommes et femmes, par équipes hommes et femmes). Ses futurs adversaires, eux, ont peut-être retrouvé l’espoir de faire chuter Goliath.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tennis de table aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.