Ski alpin aux JO 2022 : bronzé en domptant les bourrasques de neige, Mathieu Faivre a montré qu’il était un géant

A 30 ans, le skieur niçois s'est offert une belle médaille de bronze sur le géant olympique, dimanche. Champion du monde en titre dans la discipline, le Français a montré qu'il faisait bien partie des plus grands.

Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Yanqing - Quentin Ramelet
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le skieur français Mathieu Faivre, juste avant de recevoir la médaille de bronze après sa troisième place au slalom géant des Jeux olympiques de Pékin, le 13 février 2022. (LIAN ZHEN / AFP)

Celle-ci, il fallait aller la chercher. Dès l'aube, avant même que les rayons du soleil se frayent un chemin à travers les montagnes, la journée ne se dirigeait pas dans le sillage des précédentes. Pour la première fois depuis le début des Jeux olympiques, à Yanqing, la neige, la vraie cette fois, s'est invitée pour recouvrir les pentes chinoises. Rien de mieux, finalement, pour consacrer Mathieu Faivre parmi les géants.

Le skieur d'Isola avait coché ce dimanche 13 février 2022. Champion du monde à Cortina d'Ampezzo, il y a un an, il a de nouveau répondu présent. La neige a beau avoir perturbé le bon déroulement de la journée, contraignant les organisateurs à repousser le départ de la seconde manche de plus d'une heure, cela n'a pour autant jamais contrarié les plans du Niçois.

Slalom géant : la 2e manche de Mathieu Faivre, en bronze à l'arrivée

En octobre dernier, à l'occasion de la présentation des équipes de France de ski alpin, le skieur de 30 ans nous avait assuré qu'une course olympique et une étape de Coupe du monde "étaient plus ou moins la même chose". Il s'était gardé de prédire que, quatre mois plus tard, il parviendrait à monter sur la boîte de ce rendez-vous tant attendu.

Il voulait avant toute chose "se faire plaisir et produire son meilleur ski" comme il l'avait confié il y a deux jours à l'occasion d'une conférence de presse. Une mission périlleuse mais plus que réussie. Quand plusieurs des meilleurs géantistes de la planète se cassaient les dents sur cette piste rendue imprévisible par une visibilité précaire, Mathieu Faivre a, lui, encore trouvé les ressources pour briller. "Je sais comment je suis allé la chercher. Pour l'instant, j'ai juste envie de la savourer parce que ça été compliqué. Cela a été une très longue journée depuis ce matin", a-t-il expliqué à franceinfo: sport

"C'était vraiment éreintant autant nerveusement que physiquement. Il a neigé toute la journée, je ne sais pas s'ils ont déjà eu autant de neige. Mais c'est tombé aujourd'hui et on repart avec du bronze donc ça en valait la peine."

Mathieu Faivre, médaillé de bronze en géant

à franceinfo: sport

Si la seconde manche a été plus compliquée que la première, comme pour la plupart des skieurs, Faivre a limité la cass (13e temps à 1''85 de Kranjec, médaillé d'argent et meilleur chrono de la seconde manche) après un premier run énorme (troisième, +0''08 d'Odermatt).

Pour son copain Thibaut Favrot, excellent cinquième ex-æquo avec Alexis Pinturault dimanche, ce n'est plus qu'un simple maître des courses d'un jour. "C'est un grand skieur, c'est tout ! Ce sont ses troisièmes JO, il avait fait septième à Pyeongchang. Mais aujourd'hui, je suis tellement content pour lui. Donc oui, c'est l'homme des grands rendez-vous, ça se confirme, mais pas seulement. Il répond présent à chaque fois, et il fait partie des meilleurs géantistes de la planète."

"Sa détermination a payé"

Frédéric Perrin, l'entraîneur en chef des géantistes français et coach de Faivre depuis toujours, partage ce sentiment : "C'est tellement mérité. On savait qu'il avait le ski depuis un moment. Aujourd'hui, c'est sa détermination qui a payé. Il était déterminé, il était calme, il était tranquille et ça se voyait." 

"Il s'appuie désormais sur son expérience. Il n'est plus tout jeune, c'est un grand garçon de 30 balais, ajoute, particulièrement ému, Frédéric Perrin. L'expérience fait que, maintenant, il arrive à gérer un peu toutes les situations et tous les types de neige." De quoi permettre à l'ancienne tête brûlée niçoise de faire désormais partie des meilleurs skieurs tricolores de l'histoire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ski alpin aux JO d'hiver 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.