JO 2022 : "Pas de guerre en Ukraine", le message fort d'un athlète ukrainien après les épreuves de skeleton

Arrivée 18e de l'épreuve de skeleton, Vladyslav Heraskevych a affiché ses convictions vendredi, en pleine crise russo-occidentale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'Ukrainien Vladyslav Heraskevych après l'épreuve olympique de skeleton, vendredi à Pékin. (CHRISTIAN BRUNA / EPA)

Une fois de plus, la politique s'invite à la fête olympique. Engagé dans l'épreuve de skeleton aux JO de Pékin, l'Ukrainien Vladyslav Heraskevych, a brandi une feuille où était écrit "Pas de guerre en Ukraine" vendredi 11 février. Un geste lourd de sens, en pleine crise russo-occidentale autour de son pays.

A l'issue de la troisième manche, l'Ukrainien de 23 ans a montré aux caméras la feuille aux couleurs de son pays, le jaune et le bleu. "Comme toute personne normale, je ne souhaite pas la guerre, je veux la paix dans mon pays", a déclaré Heraskevych après la troisième manche, au Yanqing National Sliding Centre.

"Ce sont mes convictions, je me bats pour la paix. En Ukraine, la situation est vraiment tendue actuellement. Il y a beaucoup d'informations concernant les armées qui entourent l'Ukraine. Ca ne va pas. Pas au 21e siècle."

Vladyslav Heraskevych, athlète ukrainien

à l'issue de la troisième manche de skeleton

La Russie a récemment déployé 100 000 soldats aux alentours de la frontière ukrainienne. L'Occident et le gouvernement ukrainien s'inquiètent d'une attaque que pourrait déclencher le Kremlin.

Le CIO interdit pourtant les messages politiques

Heraskevych pourrait être sanctionné par le Comité international olympique (CIO) en vertu de la règle 50 de la Charte olympique, qui interdit aux athlètes d'exprimer leurs opinions politiques lors des Jeux.

"Je pense que les Jeux olympiques luttent aussi pour la paix, pour l'unité des pays, et j'espère qu'ils (le CIO, NDLR) seront de mon côté dans cette histoire", a ajouté Heraskevych, avant d'avouer qu'il avait eu du mal à se concentrer à cause de la crise russo-occidentale depuis son arrivée à Pékin. "J'essaie de rester professionnel, mais je lis beaucoup et tout cela m'inquiète."

Il a finalement terminé 18e de l'épreuve, remportée par l'Allemand Christopher Grotheer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Skeleton aux JO d'hiver 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.