Cet article date de plus de deux ans.

JO 2022 : Kamila Valieva a justifié son contrôle positif par la prise d'un médicament destiné à son grand-père

La patineuse russe de 15 ans a été autorisée à poursuivre les Jeux olympiques de Pékin, le temps de l'enquête, à la suite de son contrôle antidopage positif révélé le 8 février.

Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP, Loris Belin
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La patineuse russe Kamila Valieva à l'entraînement, le 10 février 2022 sur la patinoire olympique de Pékin.  (ALEXEY FILIPPOV / SPUTNIK / AFP)

Kamila Valieva a plaidé la maladresse. La Russe doit prendre part, mardi 15 février, au programme court de l'épreuve individuelle de patinage artistique, après le feu vert du Tribunal arbitral du sport (TAS). Contrôlée positive à la trimétazidine en décembre, l'adolescente de 15 ans a évoqué devant le TAS la prise d'un "produit que son grand-père utilisait", a expliqué mardi Denis Oswald, membre permanent de la Commission de discipline du Comité international olympique (CIO).

La trimétazidine est une substance utilisée principalement pour traiter les angines de poitrine. Dès la notification de son contrôle positif le 8 février, l'annonce de la suspension provisoire de Kamila Valieva par l'agence antidopage russe (Rusada) pour la prise de cette substance avait soulevé de nombreuses questions.

"Vous pouvez imaginer qu'une adolescente de 15 ans ne ferait pas quelque chose de répréhensible de sa propre initiative."

Denis Oswald, membre du Comité international olympique

lors du point-presse quotidien du CIO, le 15 février 2022

La décision du TAS se fonde toutefois sur des motifs juridiques, et non sur le fond. Les procédures sont encore loin d'être terminées pour la patineuse, étoile de son sport et favorite de l'épreuve individuelle. Après les Jeux, Valieva pourrait ainsi voir ses performances être invalidées, et sa médaille décrochée lors du concours par équipes le 7 février à Pékin lui être retirée. Denis Oswald a précisé que les résultats de l'examen de l'échantillon B de Kamila Valieva n'étaient toujours pas connus.

"Pas face à un système de dopage d'Etat"

Valieva pourrait repartir de Pékin sans aucune médaille, puisque le CIO a décidé de ne pas effectuer de podium et de remise des médailles tant que le fond de l'affaire ne serait pas jugé. "Nous voulons allouer les médailles aux bonnes personnes", a expliqué Denis Oswald.

L'officiel du CIO a par ailleurs rappelé, lors du point-presse quotidien de l'instance olympique, que l'entourage de l'adolescente allait faire l'objet d'une enquête. En charge de la commission d'enquête après le scandale des JO 2014, qui a entraîné la suspension de la Russie de toute compétition sportive, Denis Oswald s'est néanmoins refusé à faire le parallèle entre Sotchi et Pékin. "Il ne faut pas oublier que le cas de Valieva est le seul de ces Jeux (...) L'impression que j'ai est qu'on n'est pas face à un système de dopage d'Etat, organisé pour plusieurs sportifs et par plusieurs organisations", a-t-il déclaré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.