Paris 2024 : la future loi olympique contiendra des mesures sur la sécurité dont la mise en place d'algorithmes pour mieux identifier les foules

Le délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, Michel Cadot, a annoncé aux députés, mercredi, que la loi olympique comporterait des mesures de sécurité.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, à Paris, le 22 novembre 2019. (MAXPPP)

A moins de deux ans de la cérémonie d'ouverture, la sécurité est l'un des enjeux majeurs de Paris 2024. Le délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques, Michel Cadot, a fait des annonces dans ce domaine, mercredi 28 septembre, lors de l'audition à l'Assemblée nationale concernant le rapport d'activité 2021 de l'Agence nationale du sport (ANS), dont il est président.

Le contenu de cette future loi, la deuxième après celle votée en 2018, n'avait pas été dévoilé jusqu'à présent. Il s'agira d'un projet "mineur" qui comportera "une dernière série d'adaptations" parmi lesquelles "donner un statut" à la clinique du village olympique mais aussi des mesures liées à la "sécurité".

Vidéoprotection pour "identifier des comportements anormaux"

Comme réclamé par le préfet Cadot, le projet comportera la mise en place "d'algorithmes" dans la vidéoprotection francilienne afin "d'identifier des comportements anormaux dans des foules nombreuses". Un dispositif avalisé par la Cnil (Commission nationale informatique et libertés), a-t-il précisé.

Dans ce texte, il est également question d'une "extension des mesures de criblage pour contrôler les chantiers dans les dernières semaines avant les Jeux", qui seront par exemple fréquentés par des techniciens pour câbler.

Sur la sécurité en général, l'un des points névralgiques de l'organisation et pas uniquement pour la cérémonie d'ouverture, Michel Cadot a précisé que l'Etat en était "au moment des additions des besoins" en sécurité privée et publique (réservistes mobilisés, "gestion adaptée des horaires et des congés", etc).

"Plan de lutte contre la délinquance"

Sur la sécurité privée, la certification de qualification professionnelle en gestation depuis plusieurs mois devrait être finalisée pour "janvier 2023". Cette formation à la durée allégée - et réalisable en partie "en télétravail" - est destinée à faciliter le recrutement, notamment parmi les étudiants.

Le président de l'ANS a aussi précisé que le ministère de l'Intérieur a demandé aux préfets de départements recevant des épreuves et installant des fans zone de "lui adresser un plan de lutte contre la délinquance". Une allusion aux incidents survenus aux abords du Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions, fin mai.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Paris 2024

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.