Paris 2024 : "Des décors spectaculaires, mais un parcours exigeant", se félicite Tony Estanguet après la présentation des épreuves de cyclisme sur route

Les 180 cyclistes hommes et femmes qui participeront aux JO de Paris, que ce soit sur route ou au contre-la-montre, vont bénéficier de parcours inédits alternant les paysages urbains avec des lieux emblématiques parisiens et la campagne francilienne.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Tony Estanguet, président du comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024,  au siège du Comité Olympique à Saint-Denis,  le 14 avril 2023 (TERESA SUAREZ / EPA)

"Ce seront des épreuves avec des décors spectaculaires, mais aussi un parcours exigeant", déclare mardi 4 juillet sur franceinfo Tony Estanguet, président du comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 (Cojo), après l'annonce du parcours des épreuves de cyclisme sur route qui passeront notamment par le château de Versailles, la tour Eiffel ou encore par la butte Montmartre. 

>> Paris 2024 : départs aux Invalides et au Trocadér, château de Versailles, triple montée de la Butte-Montmartre... les tracés des courses cyclistes dévoilés

"Tous ces décors sont très spectaculaires, mais nous aurons aussi un parcours intéressant d'un point de vue sportif, où l'on a réussi à mettre toutes les difficultés de l'Ile-de-France dans ces épreuves", se félicite le président du Cojo, indiquant également que "ce sera la première fois qu'il y aura une parité" lors des épreuves de cyclisme sur route, avec "le même nombre d'athlètes hommes et femmes qui vont participer à ces épreuves"

Une nouvelle phase de vente de billets 

Tony Estanguet a également indiqué qu'une troisième phase de vente des billets allait ouvrir mercredi 5 juillet, avec "quatre sports à la vente", que sont "le football, la voile, le hand et le basket". "Ces places commenceront à 24 euros", a-t-il assuré.  Enfin, concernant les violences urbaines qui se sont déroulées en France cette dernière semaine, Tony Estanguet a assuré que "c'est un sujet qu'on prend très au sérieux". Cependant, selon lui, "il n'y a pas eu dégradations importantes sur les chantiers en cours"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.