Paris 2024 : Anne Hidalgo promet qu'elle se baignera dans la Seine avant les Jeux

La maire de Paris a assuré, mercredi, qu'elle plongerait dans le fleuve en juillet prochain, à quelques jours des épreuves olympiques de triathlon et de natation en eau libre.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
La maire de Paris Anne Hidalgo sur les quais de Seine (photo d'illustration). (JOEL SAGET / AFP)

La maire de Paris Anne Hidalgo nagera dans la Seine en juillet, juste avant les Jeux olympiques (26 juillet-11 août) et un an avant l'ouverture de trois espaces de baignade dans le fleuve à Paris, a-t-elle annoncé mercredi 10 janvier. En juillet, "nous nous baignerons dans la Seine", a-t-elle dit lors de ses vœux à l'Hôtel de Ville, invitant le préfet de région Marc Guillaume à l'accompagner dans ce "plongeon historique", "plus de 30 années après la promesse de Jacques Chirac".

En 1990, Jacques Chirac, alors maire de Paris, avait déjà promis de faire le grand saut d'ici 1993, mais l'ex-président de la République n'a finalement jamais tenu son engagement. La baignade dans la Seine, qui se pratiquait déjà sous l'Ancien Régime, a été interdite à Paris en 1923 par un arrêté préfectoral, et une brigade fluviale patrouille constamment pour empêcher les plongeons.

Les épreuves de triathlon et de nage en eau libre doivent s'y tenir

Les Jeux olympiques doivent inaugurer les retrouvailles de la nage avec la Seine : les épreuves de triathlon et de nage en eau libre partiront du pont Alexandre-III, qui relie le Grand Palais aux Invalides. Mais les organisateurs des JO de Paris ont fait face à de sérieuses déconvenues l'été dernier lors des test-events.

Avant l'annulation des deux épreuves de triathlon (para et mixte), ce sont les épreuves de nage en eau libre qui avaient dû être annulées en raison d'une pollution causée par un épisode de pluie estivale inhabituel. Depuis 2016, l'État et les collectivités locales franciliennes ont investi environ 1,4 milliard d'euros pour rendre baignables la Seine et la Marne, son principal affluent.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.