Paris 2024 : Amélie Oudéa-Castera annonce que la décision du CIO concernant la participation des sportifs russes et biélorusses sera "souveraine"

La ministre des sports a annoncé mardi qu'elle ne s'opposerait pas à la décision du Comité international olympique.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Amélie Oudéa-Castera à la sortie du conseil des ministres, au Palais de l'Elysée à Paris, le 19 avril 2023. (XOSE BOUZAS / AFP)

A l'occasion d'une audition publique, en vue de la rédaction d'un rapport concernant la participation des athlètes russes et biélorusses aux Jeux, organisée par la commission de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Amélie Oudéa-Castera a qualifié le futur choix du CIO de "décision souveraine", mardi 25 avril. 

Invitée à s'exprimer au nom du pays hôte des prochains Jeux Olympiques, la ministre des sports a assuré que "la France reconnaît et respecte l'autonomie du mouvement sportif". Elle a promis de "tout mettre en oeuvre" pour que les sportifs ukrainiens soient performants aux JO 2024, notamment grâce à une aide d'un million d'euros, précisant que cette aide permettra "la prise en charge complète" du camp de base pour la préparation de la délégation olympique ukrainienne.

Le Ministre de la Jeunesse et des Sports ukrainien, Andriy Chesnokov, s'est également exprimé sur le sujet, demandant à l'Assemblée de continuer "à soutenir sans faille" l'Ukraine, en interdisant aux sportifs russes et biélorusses de concourir. Parmi les représentants du CIO présents à cette audition, Gaby Ahrens, ancienne tireuse et présidente de la Commission des Athlètes de l'Association des comités nationaux olympiques d'Afrique (ACNOA), a appelé à ne pas "condamner les sportifs" pour des décisions hors de leur ressort.

Au mois de mars, le CIO avait exprimé un avis favorable au retour des sportifs russes et biélorusses en compétition internationale, sous bannière neutre et à "titre individuel", rejetant de fait les sports collectifs, en fonction des prises de parti publique des athlètes en question. Cette prise de parole, attendue, faisait écho à différentes décisions des fédérations internationales, désunies sur le sujet. La semaine dernière, c'est la Fédération internationale de Basket qui a annoncé que le retour des Russes et des Biélorusses n'aurait pas lieu à l'occasion des tournois de préqualification olympique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.