Paris 2024 : à 800 jours des Jeux, Tony Estanguet en selle pour une tournée des sites olympiques

Le président du comité d'organisation des Jeux de Paris 2024 a lancé la première étape de la tournée des sites olympiques et paralympiques, jeudi, au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Tony Estanguet sur la piste du vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines, le 28 avril 2022. (Louise Le Borgne)

De pin et de sueur. Dans 800 jours, le parquet du vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines crissera sous les roues de coureurs prêts à en découdre. Mais pour le moment, les 5 000 sièges du site patientent sagement dans leur écrin. Si le lieu est d'ordinaire la place forte de l'équipe de France de cyclisme, Tony Estanguet et quelques néophytes du club Paris 2024, ont pu s'essayer, jeudi 28 avril, au grand frisson des virages à 45 degrés. La première étape de la tournée des sites olympiques et paralympiques a également offert la piste du vélodrome national au grand public pour une initiation. Les défis demeurent nombreux sur les 50 sites, mais le vélodrome national est fin prêt. 

Lier haut niveau et pratique pour tous

Drapeaux et sacs estampillés des anneaux olympiques, casques aérodynamiques et vélos en carbone. Non, ce ne sont pas des olympiens qui s'élancent mais bien des membres du club de Paris 2024, pour leur baptême de cyclisme sur piste. "À 800 jours de la cérémonie, l'ouverture au territoire est importante. On veut développer la place du sport dans le quotidien des français, on veut qu'ils puissent rencontrer les athlètes, qu'ils soient à fond derrière l'équipe de France", souligne Tony Estanguet, président du comité d'organisation des Jeux de Paris.

Le vélodrome national pourra acceuillir 6 043 personnes lors des Jeux de Paris 2024. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Pour accueillir le premier acte de cet événement, le vélodrome national s'imposait logiquement : "C'est un équipement incroyable qui accueille le très haut niveau, avec les championnats du monde en octobre 2022, mais aussi la pratique pour tous. Les passionnés de sport peuvent y découvrir une discipline qu'on ne connaît pas forcément", ajoute le chef d'orchestre de Paris 2024, monté en selle pour l'occasion. Terminé en 2014, en héritage de la candidature avortée de Paris 2012, le vélodrome national est l'un des fers de lance des structures olympiques. "À Saint-Quentin-en-Yvelines on va accueillir 5 épreuves des Jeux, le cyclisme sur piste, sur route, le BMX, le VTT et nous avons le golf national. On a la volonté d'inscrire les équipements dans le long terme, toucher la population du département", corrobore Catherine De Romémont, conseillère municipale de la ville.

Dans la roue de Florian Grengbo

Pour l'événement, Florian Grengbo, médaillé de bronze à Tokyo en vitesse par équipe, et Alexandre Léauté, champion paralympique de la poursuite, ont distillé leurs conseils auprès du public. "La piste est très belle, très rapide, elle a un mètre de plus en hauteur que la plupart des autres pistes et son dessin est très spécifique avec des virages très longs qui permettent d'avoir de beaux chronos", soulignait Florian GrengboDans la roue du champion, le grand public a serré les dents pour maintenir le rythme. "La plupart des gens ne connaissent pas la discipline, c'est très confidentiel. Donc de pouvoir faire découvrir mon sport et de donner la banane aux gens, c'est important", sourit le champion qui décrit, non sans humour, sa discipline comme un sport de "grosse cuisse".  

Alexandre Leauté, champion paralympique de la poursuite catégorie C2, Mathieu Forget, danseur chorégraphe et Florian Grengbo, membre de l'équipe de France sur piste, lors de la tournée des sites olympiques, le 28 avril à Saint-Quentin-en-Yvelines. (Louise Le Borgne)

Florian Grengbo savoure. Il y a quatre ans, il roulait à Bourg-en-Bresse sur la route, dans des conditions d'entrainement diamétralement différentes. Depuis que la salle a vu le jour, le coureur passe 6 jours par semaine sur la piste. "C'est pas donné à tous les athlètes d'avoir leur piste d'entrainement comme site de compétition. On connaît la piste par coeur, chaque latte, chaque angle." Un vrai bonus pour aborder les Jeux.

Répétition générale 

Trouver le bon lieu pour chaque sport est un enjeu de taille et des interrogations demeurent. Après la gronde de certains basketteurs, le tournoi de qualification, qui devait être organisé dans le hall 6 du parc des expositions sera délocalisé. Des villes comme Orléans se proposent mais il reste fort probable, selon le COJO, que le tournoi reste à Paris. Plusieurs options sont sur la table et seront étudiées en juillet. 

Pour ce qui est de la boxe, et de ses problèmes techniques, le site de Roland-Garros devrait se maintenir. "Il y a encore beaucoup de problèmes sur les sites mais on trouve des solutions", reconnait Tony Estanguet. Dans le vélodrome, le problème ne se pose pas. L'enceinte rutilante est prête à accueillir sportifs professionnels et grand public pour donner un bon coup de pédale à la tournée des sites, avant d'entrer dans le sprint final.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Paris 2024

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.