Paris 2024 : les démineurs en première ligne pour assurer la sécurité des Jeux

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Paris 2024 : les démineurs en première ligne pour assurer la sécurité des Jeux
Paris 2024 : les démineurs en première ligne pour assurer la sécurité des Jeux Paris 2024 : les démineurs en première ligne pour assurer la sécurité des Jeux (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - H. Puffeney, N. Salem, F. Goetgheluck, A. Plu
France Télévisions
franceinfo
Inspection des enceintes sportives, interventions sur des colis suspects... Les démineurs auront pour rôle de garantir la sécurité de Paris pendant la tenue des Jeux olympiques. Les équipes de France Télévisions sont parties à leur rencontre.

Sirènes hurlantes, ils se fraient un chemin dans les embouteillages parisiens. Les démineurs ont été appelés pour un colis suspect qui pourrait être piégé. La France est passée en vigilance urgence attentat, le plus haut niveau de la menace. Dans leur matériel, les démineurs embarquent un brouilleur afin d'empêcher l'explosion d'une bombe commandée à distance. Une fois activé, ils peuvent scanner l'objet sans le toucher, ni l'ouvrir. Avec cette méthode, les démineurs s'équipent systématiquement d'une combinaison de protection intégrale.

Les équipes d'intervention multipliées pour les Jeux

La rapidité de ce service sera mise à l'épreuve pendant les Jeux olympiques. À partir de juillet, les démineurs devront inspecter les enceintes sportives et le village olympique, sécuriser la cérémonie d'ouverture, et ils seront appelés à chaque colis suspect dans la rue ou les transports bondés. Une tâche colossale que leur directeur se dit prêt à relever. "On va multiplier nos équipes d'intervention, on va les répartir sur la plaque parisienne de telle manière à avoir des délais d'intervention beaucoup plus courts", explique Christophe Pezron, directeur du Laboratoire central de la préfecture de police. En plus du déminage, ce service épaule les policiers dans les enquêtes judiciaires liées à des incendies ou à des explosions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.