Paris 2024 : "Il y a toujours de l'espace pour progresser" sur les droits humains, estime Tommie Smith, qui avait brandi son poing ganté de noir

Article rédigé par Théo Gicquel - à Eaubonne (Val-d'Oise)
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 4 min
Tommie Smith, champion olympique du 200 m en 1968 à Mexico, reproduit le geste qu'il avait réalisé sur le podium, le 11 juin 2024 à Paris. (JULIEN DE ROSA / AFP)
Le champion olympique du 200 m à Mexico en 1968, connu pour avoir brandi son poing ganté de noir sur le podium en compagnie de John Carlos, continue de militer pour les droits humains à 80 ans.

Un poing brandi qui résonne encore aujourd'hui. Tommie Smith, champion olympique du 200 m en 1968 à Mexico, est devenu bien plus qu'un athlète. En brandissant sur le podium son poing ganté de noir en compagnie d'un autre Américain, John Carlos, afin de protester pour la défense des droits humains et la discrimination raciale dans son pays, le sprinteur a marqué l'histoire de l'olympisme et pris une autre dimension. 

56 ans plus tard, la photo est devenue l'une des plus célèbres du monde du sport, et lui est devenu une figure des droits civiques. Sa visite en France cette semaine, à un peu plus d'un mois des Jeux olympiques, était donc hautement symbolique.

Jeux olympiques de 1968 : l'histoire du poing levé de Tommie Smith
Jeux olympiques de 1968 : l'histoire du poing levé de Tommie Smith Jeux olympiques de 1968 : l'histoire du poing levé de Tommie Smith (France 3)

Après avoir été invité au musée de l'Immigration, dans le cadre de son exposition "Olympisme, une histoire du monde", Tommie Smith a visité, jeudi 13 juin, le camp de base flambant neuf de Team USA à Eaubonne (Val-d'Oise). Chemise à fleurs, chapeau de paille et carrure toujours aussi imposante, l'ancien sprinteur doit se déplacer en petit bolide, ce scooter électrique pour les personnes à mobilité réduite (PMR), mais son aura est toujours la même, à 80 ans passés, puisqu'il est né le jour du Débarquement en Normandie, le 6 juin 1944.

Des athlètes moins politisés aujourd'hui

Tommie Smith a martelé un message de paix et de défense des droits civiques, mais il a aussi déploré un manque de politisation de certains athlètes aujourd'hui. "Avec ce qui est arrivé dans le passé, les choses ont été faites. C'est difficile pour les athlètes de s'élever aujourd'hui. Donc ils ne disent rien et se mettent en retrait. Mon espoir est que, quelqu'un, grâce à son éducation, fasse bouger les choses avec un message nouveau, qui n'a pas été déjà transmis", souhaite "Tommie Jet".

A l'issue de sa visite du centre d'entraînement, l'ancien sprinteur a eu droit à un moment d'échange avec des scolaires, venus par dizaines l'ovationner et le questionner. "Est-ce que vous avez rencontré des personnes célèbres ?", a demandé Héléna. De quoi faire sourire l'ancien professeur, issu d'une fratrie de 12 enfants élevée dans le sud du Texas ségrégationniste, par des parents paysans dans les champs de coton. "C'est toi, mon héroïne", a répondu l'ancien athlète, très attentif aux enfants, et ému aux larmes après des messages vidéo de Roger Bambuck et Ghislaine Barnay, deux anciens athlètes français également très engagés.

L'ancien athlète Tommie Smith pose le poing levé avec de jeunes enfants français, le 13 juin 2024. (THEO GICQUEL / FRANCEINFO: SPORT)

Questionné sur la raison de son geste, Tommie Smith s'est replongé dans ses souvenirs. "J'ai eu l'impression de faire ce qu'il fallait à cet instant. De faire mon devoir. A cette époque, on ne demandait pas leur avis aux sportifs. Il me semblait important de le faire", a rembobiné le héros de Mexico.

Exclu de toutes les compétitions après son geste, à seulement 24 ans, Tommie Smith avait perdu son emploi et reçu des menaces de mort. Après une reconversion comme professeur de sociologie, Tommie Smith place toujours, à 80 ans, la transmission au cœur de son existence. "Le plus tôt tu apprends et tu t'éduques toi-même, le plus heureux tu seras. Gardez la foi dans ce que vous faites. Travaillez à ce que vous êtes capables de réaliser et vous verrez que cela se réalisera", a lancé Tommie Smith à l'assistance d'enfants et d'adolescents.

L'éducation et la responsabilité comme socles de progrès

L'ancien sprinteur, seul athlète à avoir détenu onze records du monde simultanément, a pu constater jeudi l'admiration qu'il suscitait toujours chez les jeunes générations. "Je pense aux instituteurs de jeunes enfants : restez positifs, mettez un sourire sur le visage des enfants. Vous pouvez aider à améliorer notre monde en étant partie prenante, même si c'est à votre échelle."

Tommie Smith, ancien médaillé d'or du 200 m à Mexico en 1968, lors d'une visite en France le 13 juin 2024. (THEO GICQUEL / FRANCEINFO: SPORT)

Alors que le racisme dans les stades de football est encore très fréquent et que des athlètes comme la Française Rénelle Lamote subisse des injures racistes sur les réseaux sociaux, Tommie Smith est conscient que le travail reste encore immense vers l'égalité. "Il y a toujours de l'espace pour progresser. World Athletics et le CIO font un bon travail, mais il y a toujours matière à avancer", ambitionne-t-il.

Tommie Smith a payé très cher son geste, à l'aube d'une carrière qui s'annonçait très prometteuse, mais son héritage reste toujours aussi conséquent, comme l'a confirmé Pascal Gentil, double médaillé de bronze en taekwondo aux JO 2000 et 2004, et présent jeudi à Eaubonne. Interrogé sur la question de la valeur de la médaille olympique, Tommie Smith a conclu : "Qu'est-ce qui peut être plus grand qu'une médaille d'or olympique sur un podium ? Transmettre un message."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.