Nord : les organisateurs des Jeux olympiques exigent qu'une petite entreprise nommée "Les Olympiades" change de nom

Accusée d'atteinte à la propriété intellectuelle, l'entreprise a dix jours pour se mettre en règle.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'entreprise emploie onze personnes au sud de Dunkerque. (ALICE MAROT - RADIO FRANCE)

Une PME nommée "Les Olympiades", spécialisée dans l'équipement des clubs de sport de la région, basée à Socx (Nord), a été accusée d'atteinte à la propriété intellectuelle, a appris France Bleu Nord lundi 10 juin. Paris 2024 lui somme de changer de nom au plus vite.

Le Comité d'organisation des Jeux olympiques et le Comité national olympique du sport français ont envoyé une mise en demeure au gérant de l'entreprise "Les Olympiades", PME de 11 salariés. "Notre nom, Les Olympiades, est la propriété intellectuelle des Jeux olympiques, tous ces termes sont surprotégés", a déclaré Guillaume Bourgeois à France Bleu Nord. Ce gérant, qui a repris l'entreprise en 2016 et qui s'appelait déjà à l'époque "Les Olympiades", n'était pas au courant de cette règle du droit français.

Un coût de 60 000 euros

Pour se mettre en règle, le gérant de cette PME estime que "changer nos enseignes, nos véhicules", "payer une agence de communication, trouver un nouveau nom" va coûter environ 60 000 euros. "On est dans une absurdité, de pénaliser une PME, voire peut-être de la tuer. Parce que le risque de dépôt de bilan existe", prévient Guillaume Bourgeois. "Que juridiquement, ils soient dans leur droit, c'est une chose, mais il n'y a aucun préjudice. Évidemment qu'une société basée à Socx ne fait pas d'ombre aux Jeux olympiques", critique le chef d'entreprise.

Le temps presse en tout cas pour Guillaume Bourgeois. Les représentants juridiques de Paris 2024 lui ont demandé de se mettre en règle sous dix jours. Le chef d'entreprise nordiste estime qu'il lui faudrait au moins deux mois. Des négociations sont en cours entre son avocat et ceux de Paris 2024.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.