JO 2021 : "Beaucoup de mes homologues étrangers nous envient d’être à ce niveau-là", se félicite le Comité national olympique et sportif français

Selon Brigitte Henriques, les succès des Français en sports collectifs en volley, handball et basket créent une "spirale positive". 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les volleyeurs français exultent après leur victoire en demi-finale contre les Argentins, le 5 août 2021. (YURI CORTEZ / AFP)

A deux jours de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Tokyo, la présidente du Comité national olympique et sportif français, le CNOSF, dresse sur franceinfo vendredi 6 août un premier bilan pour le sport français. Si la défaite des basketteuses françaises en demi-finale est "une déception" pour Brigitte Henriques, elle se réjouit en revanche du succès pour le volley, le handball et le basket, des victoires en équipes qui créent une "spirale positive" et une "dynamique de la réussite". Elle attend néanmoins la fin des Jeux pour en "tirer les conclusions" et "changer de braquet" en vue de Paris 2024.

franceinfo : Comment réagissez-vous à la défaite des basketteuses françaises, battues par le Japon en demi-finale ?

Brigitte Henriques : C’est une déception. Mais il faut saluer le très beau parcours de l'équipe de basket féminine. Elles ont perdu cette demi-finale contre une équipe du Japon qui était complètement transcendée à domicile, qui était plus forte. Et avec un public qui était là pour les Japonaises, puisque tous les bénévoles qui étaient dans le site sont venus les soutenir et les applaudir. Il faudra vite que l'équipe de France de basket se remobilise pour aller chercher une médaille de bronze face à la Serbie, dès ce samedi.

Quatre autres équipes sont néanmoins qualifiées pour les finales olympiques. Les handballeuses et handballeurs, le volley et le basket masculin. Comment expliquer ce succès inédit pour ces trois sports ?

Comme le disaient beaucoup de mes homologues étrangers, les présidents d'autres comités nationaux olympiques, ils nous envient d’être à ce niveau-là, dans autant de disciplines. Et c'est vrai que ça montre bien le très bon travail qui a été fait par les fédérations de ces différents sports. Et ça lance un message très fort pour Paris 2024. Mais le sport, ce n’est pas mathématique. Le volley, qui avait débuté vraiment de manière très difficile, avec une défaite, a finalement su rebondir et se servir de cette première expérience difficile pour se transcender, notamment dans ce match contre la Russie qui était extraordinaire. Et puis, on le voit bien, chaque fois qu'il y a une victoire d'une équipe, quelle que soit la discipline, ça entraîne les autres. Et c'est ce qu'on appelle vraiment la spirale positive et la dynamique de la réussite. Donc ça a contaminé finalement toutes nos disciplines de sports collectifs. Et si vous saviez le bonheur que ça a été pour nous de vivre ça en présentiel ... 

Du côté de la natation et de l’athlétisme français, qui sont pourtant des références en JO, en revanche, cela va moins bien. En athlétisme, par exemple, on ne compte qu'une seule médaille grâce à Kevin Mayer. Comment rebondir ?

Les Jeux ne sont pas encore terminés. Dimanche, lors de la cérémonie de clôture, Claude Onesta, le manager de la haute performance à l'Agence nationale du sport, tirera les conclusions de ces Jeux olympiques. Un bilan très, très affiné sera fait. Et après, nous savons qu'il faudra changer de braquet et enclencher une dynamique encore plus forte et travailler encore mieux. C’est sûr que pour Paris-2024, il faudra faire un bilan complet. Et nous en tirerons les conclusions nécessaires pour faire ce qu'il faut et être au rendez-vous. Chaque chose en son temps. Nous allons déjà clôturer ces Jeux, se poser, bien analyser les choses. En tout cas, une énorme dynamique sera lancée derrière ces Jeux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France aux JO de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.