JO 2021 : la sprinteuse nigériane, Blessing Okagbare, suspendue pour dopage

La sprinteuse nigériane a été suspendue pour dopage à la suite d'un contrôle positif à l'hormone de croissance.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Blessing Okagbare lors des séries du 100 mètres à Tokyo, le 30 juillet. (GIUSEPPE CACACE / AFP)

La sprinteuse nigériane Blessing Okagbare, l'une des outsiders pour la finale du 100 mètres, a été suspendue pour dopage, samedi 31 juillet, à la suite d'un contrôle positif à l'hormone de croissance, a indiqué l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU). Vice-championne olympique du saut en longueur en 2008, Okagbare (32 ans) a été contrôlée hors compétition le 19 juillet. Elle est la première athlète déclarée positive sur la période olympique des Jeux de Tokyo.

Okagbare, qui était régulièrement citée parmi les principales outsiders pour une médaille, derrière les Jamaïcaines Shelly-Ann Fraser-Pryce et Elaine Thompson-Herah, avait frappé les esprits en réalisant un 10'63 (avec 2m07 de vent favorable) lors de ses championnats nationaux. 

Jeudi, le Nigeria avait vu dix de ses 23 athlètes sélectionnés pour les Jeux recalés parce qu'ils avaient échoué à satisfaire aux standards des contrôles antidopage hors compétition, le Nigeria faisant partie des pays classés "à haut risque" par l'AIU et devant se soumettre à des obligations supplémentaires. "Le système sportif au Nigeria est totalement défectueux et nous, les athlètes, en sommes toujours les victimes collatérales", avait déploré Okagbare sur Twitter.

La sprinteuse fait partie d'un groupe de très haut niveau basé en Floride et entraîné par l'Américain Rana Reider, qui comporte notamment certains des favoris pour le 100 m hommes avec l'Américain Trayvon Bromell et le Canadien Andre de Grasse. Le Français Jimmy Vicaut fait aussi partie de ce groupe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.