Cet article date de plus d'un an.

Jeux olympiques : le porte-drapeau, un champion qui doit mener sa délégation vers la victoire

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Jeux olympiques : le porte-drapeau, un champion qui doit mener sa délégation vers la victoire
France 2
Article rédigé par
A.Jolly, J-M.Lequertier, A.Da Silva - France 2
France Télévisions

Lundi 5 juillet à 20 heures, les noms des quatre porte-drapeaux de la délégation française pour les Jeux olympiques et Jeux paralympiques de Tokyo, cet été, seront annoncés. Le 20 Heures de France 2 revient sur ceux qui ont marqué les cérémonies dans l'histoire des Jeux.

Depuis 1912, aux Jeux olympiques de Stockholm (Suède), chaque pays défile derrière un porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture. Un privilège qu'a connu la nageuse Christine Caron lors des Jeux de Mexico en 1968. La jeune femme de 20 ans était alors une star : elle avait remporté quatre ans plus tôt, aux Jeux de Tokyo, la médaille d'argent sur 100 mètres dos. Depuis, elle n'a rien oublié de ce défilé, auquel ont assisté 80 000 personnes. "Vous rentrez sur le stade et... Le bruit, le brouhaha, et la chaleur qui vous explosent au visage, c'est super impressionnant", se souvient-elle. 

Des champions qui montrent l'exemple

Le judoka Teddy Riner a connu ces sensations à Rio, au Brésil, en 2016. "J'ai demandé à la délégation d'être autour de moi, de marcher avec moi, et c'était top, on était unis", se remémore le champion. Le porte-drapeau doit symboliquement être un exemple et montrer le chemin vers l'or olympique. Une grande pression et un défi, que sauront relever Marie-José Pérec en 1996, et David Douillet en 2000, notamment.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.