Marseille-Bâle : dominateur mais frustré, l’OM prend une courte option sur la qualification pour les quarts de finale de la Ligue Europa Conférence

Arkadiusz Milik, auteur d’un doublé, avait mis Marseille sur de bons rails avant que Sebastiano Esposito ne réduise l’écart en fin de rencontre, jeudi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Arkadiusz Milik célèbre son deuxième but face au FC Bâle en Ligue Europa Conférence. (GUILLAUME HORCAJUELO / EPA)

Reversé en Ligue Europa Conférence, l’Olympique de Marseille fait un pas vers la qualification en quarts de finale de la nouvelle compétition européenne. Les Marseillais se sont imposés, à domicile, face à une assez faible équipe de Bâle (2-1), jeudi 10 mars. L’addition aurait pu être plus corsée pour les Suisses, très peu dangereux, mais qui ont profité du manque de réalisme des Phocéens.

Alors que Jorge Sampaoli, qui avait demandé à ses joueurs de "mouiller le maillot" après la défaite face à Monaco, a été accueilli avec quelques sifflets par le public de l'Orange Vélodrome, l’OM a délivré une prestation convaincante face à Bâle. Largement dominateurs, les Marseillais ont monopolisé le ballon, avec 70% de possession, pour faire l’assaut du but bâlois. Mais comme à leur habitude, les Blanc et Bleu ont cruellement manqué d’efficacité. 

Seul Milik a trouvé le chemin des filets

L’OM, qui s’est installé dans le camp suisse, s’est procuré énormément d’occasions, avec notamment un poteau de Cengiz Ünder en début de partie. À la 20e minute de jeu, Arkadiusz Milik est venu récompenser, sur penalty, la bonne entame de match marseillaise. Mais il a ensuite fallu attendre la 68e minute pour que le club phocéen ne creuse l’écart, encore grâce au Polonais. Entre temps, les hommes de Sampaoli ont été trop maladroits et pourront regretter ce manque d’efficacité, avec seulement 4 tirs cadrés sur 20 tentatives.

Les Marseillais regretteront d’autant plus ce manque de réalisme qu’ils ont vu le FC Bâle réduire l’écart à la 80e. Les Suisses, limités techniquement, ont très peu inquiété Steve Mandanda, titularisé jeudi soir, hormis dans les dix dernières minutes. Relancés par leur but, qui aurait pu être refusé pour hors-jeu si la VAR avait été présente, les Bâlois auraient même pu profiter d’une mésentente entre Valentin Rongier et son gardien pour égaliser. 

Il aurait dû y avoir "au moins quatre buts d'écart" selon Sampaoli

À l'issue de la rencontre, Jorge Sampaoli a estimé que son équipe aurait dû l'emporter plus largement : "Quand on analysera tout ça, je pense qu'on verra la grande différence qu'il y a eu entre les deux équipes. Je pense que cette différence aurait pu se traduire par au moins quatre buts d'écart."

Avec cette courte victoire, les Marseillais sont tout de même en ballottage favorable pour la qualification en quarts de finale. Pour ne pas trembler, comme en fin de match jeudi soir, ils devront se montrer plus efficaces lors du retour, jeudi 17 mars à 18h45, même en l’absence de Dimitri Payet, qui sera suspendu après avoir reçu un carton jaune.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Football aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.