Paris 2024 : "L'objectif, c'est qu'on ait une France encore plus sportive", déclare le président du Comité national olympique et sportif français

Publié Mis à jour
Article rédigé par franceinfo
Radio France
David Lappartient, président du Comité national olympique et sportif français était l'invité de franceinfo ce mardi. La France sera "prête" pour les JO de Paris assure-t-il.

"L'objectif, c'est qu'on ait une France encore plus sportive", a affirmé mardi 19 septembre sur franceinfo David Lappartient, président du Comité national olympique et sportif français alors que la Maison de la Radio et de la Musique accueille la deuxième édition de "Demain le sport" en partenariat avec France Télévisions et L'équipe. Toute la journée, la Maison ronde va accueillir des acteurs du secteur pour engager une réflexion sur l'avenir du sport. À 311 jours de Paris-2024, David Lappartient assure que la France sera "prête". Mais l'objectif va bien au-delà des JO : "Notre ambition, c'est de faire de la France une nation encore plus sportive et que ça irrigue", dit-il. "Plus il y a d'enfants qui font du sport, plus il y aura sans doute d'athlètes de haut niveau", assure-t-il.

>>ENQUETE. JO 2024 : comment les migrants à la rue sont évacués de Paris vers des "sas d'accueil temporaires régionaux"

franceinfo : La France, est-elle prête pour les Jeux olympiques 2024 ?

David Lappartient : Elle est prête. On s'y prépare. D'abord, on est prêts du point de vue de l'organisation. Ces Jeux olympiques vont être une réussite. Mais l'objectif en tant que président du Comité national olympique et sportif français, c'est que les athlètes soient prêts.

On a un petit doute après des Mondiaux d'athlétisme assez décevants...

Les Mondiaux d'athlétisme n'ont pas, clairement, été à la hauteur attendue. Il y a plein d'autres sports qui ont performé : les volleyeuses féminines ont bien marché, les cyclistes en BMX ou en VTT ont aussi parfaitement marché. On a des athlètes qui sont au point. L'ambition qu'on s'est donnée, avec madame la ministre, c'est d'être dans les cinq premières Nations au tableau des médailles. On était septième à Rio, huitième la dernière fois, donc c'est ambitieux.

Comment la France s'y prend pour repérer les talents ?

Le système français marche quand même pas si mal que ça. Il est perfectible. Dans chaque fédération, on devra aussi analyser ce qui peut encore être amélioré. Avec l'Agence nationale du sport, un travail est fait aussi avec Claude Onesta sur la performance de chaque fédération. 

"On challenge chaque fédération. Il est clair qu'il y a quelques points noirs."

David Lappartient

franceinfo

 L'athlétisme est quand même un des sports emblématiques. C'est l'athlétisme et la natation qui ont le plus de médailles. En natation, Léon Marchand a été au plus haut niveau. Mais effectivement, en athlétisme, qui est quand même le symbole de l'olympisme, on n'y était pas. Il y a eu une médaille le dernier jour, on s'en réjouit. Mais forcément, on a l'impression que si on n'est pas bon en athlétisme, on n'est pas bon, alors que l'ensemble du sport français performe. Il faut être plutôt fier.

Il y a des petits pays qui font mieux que nous ?

Un pays comme le Danemark est un petit pays. Il y a un peu plus de 5 millions d'habitants. On a une approche beaucoup plus générale du sport, y compris dans les rythmes scolaires. On est content finalement, qu'il y ait un changement des rythmes scolaires ou que le sport soit beaucoup plus à l'école qu'il ne l'est parce que c'est aussi un état d'esprit. Notre ambition, c'est aussi de faire de la France une nation encore plus sportive et que ça irrigue. C'est bon pour la santé, c'est bon pour la cohésion, c'est bon pour l'intégration. Plus il y a d'enfants qui font du sport, plus il y aura sans doute d'athlètes de haut niveau. On a 17 millions de licenciés dans nos fédérations, c'est quand même un quart des Français. L'objectif, c'est qu'effectivement, on ait une France encore plus sportive. C'est un des enjeux partagés entre le gouvernement et le mouvement olympique. C'est, il me semble, important pour l'équilibre des Français. Les Jeux olympiques vont concourir à la cohésion nationale. On en a besoin en ce moment. On l'a vu avec France 98 en football. On va le voir avec les Jeux olympiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.