Athlétisme : Bob Beamon, les secrets derrière le saut d'une vie

Invité de Tout le sport vendredi soir, l'Américain est une légende de l'athlétisme. Son record du monde du saut en longueur, lors des JO de Mexico en 1968, a marqué l'histoire pour l'éternité. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le célèbre saut de Bob Beamon lors de Jeux olympiques de Mexico, le 18 octobre 1968.  (MAXPPP)

Si, comme l'ont dit Edmond et Jules de Goncourt, "l'anecdote est la boutique à un sou de l'histoire", il convient parfois de rappeler les petits détails d'une performance historique pour encore mieux en mesurer la portée. En l'occurrence, derrière l'envol olympique de Bob Beamon, se cache une histoire de rage, de tristesse et d'alcool.

>>> À voir aussi : son entretien pour "Tout le Sport"  

Sur le sautoir de Mexico, le 18 octobre 1968, Bob Beamon ne le sait pas encore mais il s'élance pour un saut qui restera gravé dans les mémoires. Un saut irréel, où le temps semble se suspendre, un moment de grâce absolue où le corps humain défie toutes les lois de la gravité. 8,90 mètres après sa prise d'appui, l'Américain retombe dans le sable brûlant de Mexico. Il n'en croit pas ses yeux, le public est abasourdi, et on doit aller chercher un mètre de couturier pour mesurer ce bond irrationnel : Bob Beamon vient de battre le record olympique de 78 centimètres et celui du monde de 55 !

Rien n'avait laissé ne serait-ce qu'imaginer un pareil exploit. Ni les performances précédentes du jeune Beamon, âgé de 22 ans à l'époque, ni surtout sa préparation à la veille de la finale. Déjà, il a bien failli ne pas se qualifier pour celle-ci en mordant ses deux premiers sauts lors des qualifications. Plus tard, il a ensuite été ébranlé par les sanctions prises contre John Carlos et Tommie Smith qui ont brandi un poing ganté lors de la cérémonie de remise des médailles du 200m.

Enfin, pour couronner le tout, il a appris qu'il venait de perdre sa bourse d'étude à El Paso pour avoir participé, avec d'autres athlètes noirs, au boycott d'une rencontre universitaire face à une école mormone qui pratiquait la discrimination raciale. Bref, rien ne va et l'histoire raconte que Bob Beamon, la nuit précédent son record du monde, enquillait les tequilas ! Il ne l'a jamais démenti. Et il n'a plus jamais sauté aussi loin...

Un duel de légende pour en détrôner une autre 

Ce saut d'une vie, Beamon le doit à un état de grâce et de lévitation, mais aussi, il est vrai, à des circonstances particulièrement favorables : l'altitude de Mexico, 2300 mètres au dessus du niveau de la mer, ainsi qu'un vent favorable (2m/seconde), ont achevé de donner des ailes à cet Icare inattendu.

Ce record du monde a tenu 23 ans avant de tomber. Et il fallait bien un autre morceau d'histoire, le duel entre Carl Lewis et Mike Powell lors des Mondiaux de 1991 à Tokyo, pour que ce dernier ne lui ravisse la meilleure marque (8,95 mètres). Il n'empêche, dans l'imaginaire collectif, Bob Beamon s'est définitivement envolé ce jour-là à Mexico. Et il n'a toujours pas atterri. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.