Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Paralympiques 2022 : "Je me sens vivant", confie Manoël Bourdenx, le miraculé qui défendra la France en ski alpin

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Moniteur de voile et de ski, Manoël Bourdenx a failli perdre la vie en 2017 en croisant un requin-tigre qui lui croque finalement la jambe. "Baboo" choisit alors de se concentrer sur le positif et se tourne vers le para ski alpin en quête de son rêve : les Jeux Paralympiques d'hiver.
Manoël Bourdenx : le miraculé des Jeux Moniteur de voile et de ski, Manoël Bourdenx a failli perdre la vie en 2017 en croisant un requin-tigre qui lui croque finalement la jambe. "Baboo" choisit alors de se concentrer sur le positif et se tourne vers le para ski alpin en quête de son rêve : les Jeux Paralympiques d'hiver.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport

Amputé d'une jambe suite à une attaque de requin-tigre, Manoël Bourdenx est un miraculé.

C'est un miraculé qui défendra les chances françaises sur l'épreuve de para ski alpin aux Jeux paralympiques de Pékin 2022. Un jour de 2017, alors qu'il surfe à Hawaï, Manoël Bourdenx croise la route d'un requin-tigre de quatre mètres de long qui lui croque la jambe. "Ça a été quelques secondes de combat où j'ai tapé où je pouvais, c'était de la survie, se souvient celui qui est moniteur de voile et de ski. Au moment où le requin m'a lâché, il y a eu une série de quelques vagues qui sont arrivées comme par miracle. J'ai eu deux coups de rame à mettre sur ma planche pour rentrer presque au rivage".

"Je me sens vivant"

Miraculé et désormais pourvu d'une prothèse de jambe, "Baboo" s'ouvre rapidement les portes de l'équipe de France para. Au point de s'aligner aux Jeux cet hiver. "Je skie comme si j'avais mes deux pieds, j'ai la sensation de mes deux pieds" explique-t-il. 

Il poursuit : "Aujourd'hui, j'ai l'impression d'être redevenu moi, je me sens vivant". Il a l'occasion de couronner son rêve olympique avec une médaille à Pékin, à partir de vendredi. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.