Paralympiques 2022 : Cécile Hernandez, une championne de snowboard hors catégorie

Double médaillée il y a quatre ans à Pyeongchang, la snowboardeuse a dû batailler après la suppression de sa catégorie par les instances paralympiques avant d'obtenir son billet pour Pékin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La Française Cécile Hernandez lors de l'épreuve de banked slalom aux Jeux paralympiques de Pyeongchang (Corée du Sud), le 16 mars 2018. (JOEL MARKLUND / AFP)

A l'heure où les athlètes de la délégation française s'apprêtent à défiler derrière le porte-drapeau Benjamin Daviet lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Pékin, vendredi 4 mars, Cécile Hernandez repensera sûrement aux dernières semaines qu'elle vient de vivre. Le doute, et même parfois le désespoir, l'ont accompagnée alors que planait le risque de ne pas pouvoir participer à l'événement. Mais l'imbroglio sportif et juridique a connu une fin heureuse voilà quelques jours : oui, l'athlète de 47 ans sera bien de la partie. C'est une première victoire.

La cause des problèmes de la quadruple championne du monde de snowboard cross, numéro un mondiale l'hiver dernier ? La suppression de la catégorie LL1, réservée aux snowboardeurs possédant un trouble modéré du fonctionnement des genoux et/ou des jambes ou une absence d'une ou deux jambes, par le Comité international paralympique (IPC). Cette décision a été prise en 2020 après avoir constaté un manque de compétitrices.

Difficile d'avaler la pilule pour la triple médaillée paralympique (argent à Sotchi, argent et bronze à Pyeongchang). "Je me prépare complètement à aller aux Jeux, en dépit de toute décision", rappelait-elle tout de même début janvier, loin d'être résignée mais passablement agacée. "Tu t'entraînes constamment, tu es payée pour ça, tu sacrifies ta vie de famille pour aller chercher un podium et au final, ça te joue des tours."

.
.

Dans cette situation, la Perpignanaise a réalisé en 2020 des tests pour concourir dans la catégorie LL2, où sont classées des sportives moins handicapées. Elle a alors commencé à slalomer en Coupe du monde entre les catégories : LL1 quand il y a suffisamment de concurrentes, LL2 dans les autres cas. Avec succès. "Malheureusement, j'ai gagné", sourit la mère de famille. Et pas qu'une fois : en 2021, elle s'est offert le gros globe de cristal de numéro un mondiale en LL2.

Pour autant, l'IPC a refusé de lui accorder une place dans cette catégorie. La Française en avait fait la demande, alors que des places étaient encore vacantes.

La justice allemande lui donne raison

Après plusieurs mois d'attente, une pétition lancée, et de nombreux appels à la mobilisation, Cécile Hernandez a remporté son combat. La cour de justice de Düsseldorf le 16 février contre l'institution paralympique (basée en Allemagne). "Les valeurs du sport ont été plus fortes, j'ai gagné mon ticket pour les Jeux paralympiques de Pékin", a-t-elle écrit sur les réseaux sociaux après l'annonce du verdict.

"J'ai appris la nouvelle avec ma fille, je n'y croyais plus", ajoute la championne du monde de cross 2022. En Chine, la snowboardeuse des Angles pourra finalement s'aligner en LL2 et défendre ses chances sur les pistes du Genting Snow Park. Avant de monter une nouvelle fois sur la boîte ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Snowboard aux Jeux paralympiques d'hiver 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.