Paris 2024 : "Un mur risque de s'effondrer sur le parcours" de l'épreuve de para cyclisme, alerte le maire de Coubron en Seine-Saint-Denis

Ludovic Toro assure ne pas avoir été consulté en amont de l'épreuve de para cyclisme qui doit passer au cœur de sa commune début septembre dans une rue en travaux où un mur menace de s'effondrer. Le comité olympique réagit vivement à ces accusations mais le maire n'en démord pas.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le logo des Jeux olympiques de Paris 2024. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

À six mois des Jeux paralympiques de Paris 2024, c'est un tracé qui fait polémique en Seine-Saint-Denis. Ludovic Toro, maire UDI de Coubron, 5 000 habitants à l'ouest du département francilien, hausse le ton. Du 4 au 7 septembre, la course para cycliste passera devant la mairie de Coubron (Seine-Saint-Denis) par la départementale 36.

Le parcours de l'épreuve de para cyclisme sur route. (COJO PARIS 2024)

"Sauf que sur le parcours,  il y a une partie de route qui est fermée depuis deux ans parce qu'il y a un mur qui  risque de s'effondrer", indique Ludovic Toro. Des blocs de bétons entravent une voie, la route semble très étroite pour accueillir les vélos handisports à trois roues. "Est-ce que le Cojo a travaillé avec moi le trajet de ces Jeux olympiques ? Non ! C'est ça que je regrette et que je reproche", lâche le maire UDI.

"Il va falloir accélérer la réponse"

Prévenu de l'épreuve il y a un an, Ludovic Toro l'assure depuis plus de nouvelle. Mais le Comité olympique et paralympique dément avec photo à l'appui, le maire de Coubron est aux côtés de Tony Estanguet en octobre le jour de la présentation du tracé. "Je l'ai alerté le jour, et il m'a dit 'on va gérer ça patati, patata', mais il va falloir accélérer la réponse", explique Ludovic Toro.

Carte du périmètre de l'épreuve de cyclisme sur route. (PARIS INFO JEUX)


Pour le département de la Seine-Saint-Denis, c'était à la préfecture et Paris 2024 d'effectuer le parcours en fonction des contraintes et de la sécurité. Cela a été le cas répond le comité d'organisation mais Ludovic Toro pointe un nouvel angle mort les 600 élèves de la commune : "Il ne va pas y avoir de bus dans ma ville. Ceux qui vont au collège, comment ils vont y aller ?" Deux réunions se déroulent la semaine prochaine en présence du comité olympique espère Ludovic Toro.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.