Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Paralympiques 2022 : "Si c’est nul, c’est nul", réagit Benjamin Daviet après sa sixième place en biathlon moyenne distance

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Champion paralympique en titre et prétendant au titre sur le 10 km du para biathlon, Benjamin Daviet a finalement terminé à la sixième place. Une performance qualifiée d''enfer" par l'athlète après sa course.
Para biathlon : Benjamin Daviet déçu après sa sixième place sur le 10 km Champion paralympique en titre et prétendant au titre sur le 10 km du para biathlon, Benjamin Daviet a finalement terminé à la sixième place. Une performance qualifiée d''enfer" par l'athlète après sa course.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport

Champion paralympique en titre en biathlon moyenne distance, Benjamin Daviet n’a pas réussi mardi à faire le doublé. 

Triple champion paralympique à Pyeongchang et nonuple champion du monde handisport, Benjamin Daviet avait pour ambition de démarrer ses Jeux paralympiques d'hiver de Pékin 2022 de la plus belle des manières. Champion paralympique sur 10 kilomètres dans la catégorie debout, il y a quatre ans, le Français a terminé sixième, mardi 8 mars, après une quatrième place sur l'épreuve du sprint. "L’enfer tout court, j’étais bien parti avec un bon rythme. Le tir était très bien. Après, le vent tournait un peu, ça changeait et j’ai trop voulu assurer alors que je sais comment faire. Je fais de super entraînements, je fais de super échauffements, il y a tout pour aller bien. Et quand on me dit de faire attention au vent, je fais n’importe quoi et je me focalise trop là-dessus. Je n’ai pas fait le job derrière".

"Je me focalise trop sur le vent"

La qualité de la neige lui a joué un mauvais tour : "La neige dans l’anneau de pénalité c’est l’enfer, t’es collé. Du coup, tu te crames un peu plus et tu le payes le tour d’après et ainsi de suite. Après, en temps de ski, je ne pense pas que j’étais plus mauvais que les autres".

Interrogé sur son niveau, Benjamin Daviet reste néanmoins catégorique : "Qu’est-ce que je peux dire de plus ? Si c’est nul, c’est nul. Le problème, je sais ce que c’est, il y a du vent je contre vise trop. Il se lève, je ne contre vise pas. Je me focalise trop sur le vent, alors qu’il faudrait que j’engage un peu plus".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.