France-Allemagne : les bars se préparent à accueillir les supporters

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
France-Allemagne : les bars se préparent à accueillir les supporters
France 3
Article rédigé par
S.Piard, M.Septembre, M.Justet, A.Lépinay, M.Elouen, C.Berbett-Justice - France 3
France Télévisions

L'équipe de France entre dans la compétition de l'Euro de football en affrontant l'Allemagne mardi 15 juin. Si le couvre-feu à 23 heures est maintenu, le ministre de l'Intérieur a demandé aux forces de l'intérieur de faire preuve d'une certaine tolérance. En attendant le coup d'envoi, gérants de bars et supporters se préparent. 

Dans un bar parisien, mardi 15 juin, le stock de bières a été livré dans les temps pour la rencontre France-Allemagne. Ne reste plus qu'à installer la décoration et les drapeaux tricolores. L'établissement est prêt à fêter l'entrée en lice de l'équipe de France dans l'Euro. "On est ravi de pouvoir accueillir les clients de nouveau, commente la gérante. (…) Je vous avoue que le couvre-feu à 23 heures c'est un petit peu compliqué à gérer, les gens n'ont pas forcément envie de rentrer chez eux, (…) je pense que ce soir, ça va être plus compliqué à gérer que les autres soirs, mais on va y arriver." 

Rester prudent 

Autres contraintes : le respect des jauges et de l'espacement des tables en terrasse. "Partout, il faut que chaque personne qui soit installée, même en terrasse, ait le même visuel que toutes les personnes qui sont à l'intérieur et qui voient l'écran", explique un autre cafetier. À Lille (Nord), l'heure est aussi aux préparatifs. Dans les rues, les supporters des Bleus croient dur comme fer à la victoire. "Ils vont gagner, c'est sûr", commente une passante. À Besançon (Doubs), une gérante de bar a quant à elle préféré la sécurité, et ne retransmettra pas le match, pour ne pas prendre le risque de "gâcher tous les efforts" effectués depuis trois semaines. 



Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.