Euro 2024 : un bel accueil mais peu d'interactions pour les Bleus devant les supporters à Paderborn

L'équipe de France avait demandé une dérogation pour dépasser la jauge de 500 spectateurs prévue par l'UEFA, et s'est entraînée devant 4 000 fans jeudi.
Article rédigé par Hortense Leblanc - De notre envoyée spéciale à Paderborn
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Les Bleus à Paderborn en Allemagne, le 13 juin 2024. (HASSAN AMMAR/AP/SIPA / SIPA)

La Home Deluxe Arena, le stade de Paderborn, n’avait certainement jamais vu défiler autant de maillots du PSG floqués au nom de Mbappé. Pour leur deuxième jour en Allemagne, jeudi 13 juin, les Bleus se sont entraînés en public, sous les yeux de 4 000 personnes alors que la jauge prévue par l’UEFA était initialement de 500 spectateurs. La billetterie, gratuite, avait même enregistré 100 000 demandes, pour assister à l’entraînement de l’équipe de France, finalement sans Kylian Mbappé, ménagé et resté en salle, et Kingsley Coman, un peu malade.

Les fans allemands l’attendaient, et leur déception a dû être grande lorsque les Bleus sont entrés sur la pelouse, sans leur capitaine. "Ma petite amie m’a offert des places, c’était compliqué d’en avoir, il y a eu de la revente sur Internet, parfois 500 euros les quatre places, ce n’est pas normal. Mais on est venus pour voir Mbappé, Griezmann et Dembélé", expliquait Sukur accompagné de son fils, tous les deux vêtus d’un ensemble du PSG, avant l’entraînement. Comme eux, Philip, 12 ans, porte le maillot de son idole, et a profité que les cours terminent tôt en Allemagne pour apercevoir l’attaquant. "J’ai fait un exposé sur lui et sur le PSG à l’école, mais on n’a pas réussi à avoir des places, on va quand même essayer d’entrer", escompte-t-il.

Les fans allemands ont réservé un bel accueil à Kylian Mbappé lors de l'entraînement de l'équipe de France ouvert au public, le 13 juin 2024 à Paderborn (Allemagne). (Hortense Leblanc)

Plus chanceuse, Lisa, 20 ans, a réussi à obtenir l’un des billets, partis "en une minute", et est venue vêtue de son maillot bleu floqué Zaïre-Emery . "Je suis fan de l’équipe de France et du PSG depuis plusieurs années, j’aime beaucoup les joueurs. J’irai aussi voir France-Pologne au stade et je vais peut-être supporter plus la France que l’Allemagne", raconte-t-elle en essayant de parler la langue de Molière. Maillots des Bleus, drapeaux tricolores, et même playlist francophone à base de Vegedream, Stromae et Sexion d’Assaut, autant d'efforts pour bien accueillir les Bleus.

Randal Kolo Muani serial buteur de l'équipe victorieuse 

Sur le terrain, les hommes de Didier Deschamps ont débuté leur séance par un jeu de conservation de balle, puis par une opposition sur surface réduite, des exercices auxquels n’ont pas pris part Aurélien Tchouaméni et Ibrahima Konaté, qui se sont entraînés à l’écart avec un préparateur physique. Adrien Rabiot, qui a rassuré sur son état de forme, Randal Kolo Muani, qui a enchaîné les buts pour l'équipe victorieuse, et Bradley Barcola, à l’aise dans les petits espaces, ont fait particulièrement bonne impression.

Et si Kylian Mbappé n’a pas participé à la séance, le capitaine des Bleus est au moins sorti du vestiaire pour assister à la fin de l’entraînement, pour le plus grand plaisir des supporters, qui n’ont cessé de crier son nom. Le néo-Madrilène a aussi pris le temps de signer quelques autographes et de poser pour des selfies avec les quelques supporters chanceux placés en bord de pelouse.

Mais le plus grand nombre, placé dans la tribune opposée, n’a pas eu la chance de voir les Bleus d’aussi près. "Ils n’ont pas pris la peine de passer le milieu de terrain pour nous saluer. Alors qu’à la télévision, on a vu d’autres sélections signer des autographes aux fans présents.", regrettent Laurenz et sa maman. Maëlle, venue spécialement du nord de la France, est un peu désabusée. "On va refaire la route pour Dunkerque, Un peu déçue de pas les avoir vus au moins à la fin, passer faire un signe à tout le monde. Je trouve ça dommage". "C’est un peu triste, surtout pour les enfants, abonde Julius. Mais on peut le comprendre, ce sont des stars, et je suis déjà très fier de voir de tels joueurs dans le stade où j’ai l’habitude de venir voir jouer Paderborn." Les Bleus ont ensuite regagné leur hôtel où ils fêteront jeudi soir les 28 ans de Kingsley Coman, peut-être sans le principal intéressé, à qui ils apporteront "un gâteau dans sa chambre", selon les dires d’Ousmane Dembélé plus tôt en conférence de presse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.