Euro 2024 : l’équipe de France se qualifie pour les quarts de finale après sa victoire sur le fil face à la Belgique

Entré peu après l'heure de jeu, Randal Kolo Muani est à l’origine de l’unique but de la rencontre à cinq minutes de la fin du temps réglementaire.
Article rédigé par Andréa La Perna - envoyé spécial à Düsseldorf (Allemagne)
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Randal Kolo Muani et Kylian Mbappé célèbrent le but victorieux de l'équipe de France contre la Belgique, le 1er juillet 2024 à Düsseldorf (Allemagne). (FRANCK FIFE / AFP)

Ils ne répéteront pas l’erreur de 2021. Les joueurs de l’équipe de France ont évité une élimination embarrassante en huitièmes de finale de l'Euro, lundi 1er juillet, à Düsseldorf. Pas plus efficaces que lors de la phase de groupes, ils ont tout de même réussi à prendre le meilleur sur la Belgique (1-0). La solution est venue de Randal Kolo Muani, unique remplaçant à être entré en jeu, d’une frappe en pivot déviée par le défenseur belge Jan Vertonghen (85e). Au prochain tour, ils affronteront le vainqueur du match entre le Portugal et la Slovénie (coup d'envoi à 21 heures).

S’ils n’ont pas réglé leur problème d’efficacité (20 tirs, deux cadrés) et ont à nouveau marqué sur un but comptabilisé comme contre son camp, les Bleus ont maîtrisé la rencontre et ont encore affiché une très grande solidité défensive (seulement cinq tirs subis). Romelu Lukaku, Kevin de Bruyne et Loïs Openda ont été muselés (Jérémy Doku est le seul à s’être illustré) par la charnière William Saliba-Dayot Upamecano, proche du sans-faute. Derrière, de toute façon, Mike Maignan avait encore décidé de ne rien laisser passer (trois arrêts).

Solidité et patience

Ce succès est un éloge de la patience. Malgré la succession de frappes en tribune, le manque de justesse inhabituel d’Antoine Griezmann et l’apport fluctuant des relayeurs N’Golo Kanté et Adrien Rabiot, jamais les joueurs n’ont baissé les bras. Pourtant, après une bonne entame de deuxième période, la victoire a semblé s’éloigner de plus en plus. Après un tir enfin cadré, signé Aurélien Tchouaméni, qui a poussé Koen Casteels à la parade (49e), les frappes tricolores ont fui le cadre inlassablement (Thuram 50e, Mbappé 54e, 56e, Tchouameni 69e, Saliba 74e).

Du premier acte restera le manque d’intensité de cette équipe tricolore, néanmoins solide face au onze de départ très offensif aligné par Domenico Tedesco. En confisquant le ballon (60% de possession à la pause), les Bleus se sont comme mis dans la position de la Belgique lors de la fameuse demi-finale du Mondial 2018 que les Diables rouges avaient perdue (1-0) malgré leur prétendue domination. 

Les Belges se sont d’ailleurs procuré les deux plus grosses occasions des 45 premières minutes. Mike Maignan s’est d’abord montré vigilant sur un coup franc au rebond vicieux de Kevin de Bruyne (24e), puis Theo Hernandez s’est sacrifié pour contrer une frappe d’un Yannick Carrasco lancé (27e), symbole d’une équipe prête au combat. Cela tombe bien, un duel de haut vol est prévu en quarts de finale, face au Portugal, qui avait brisé les rêves tricolores lors de la finale de leur Euro, en 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.