Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Nadine Gordimer, une vie engagée et un prix Nobel de littérature

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

La romancière sud-africaine Nadine Gordimer est morte, hier, à 90 ans, au terme d'une vie de littérature et d'engagement.

Après la mort de Nelson Mandela en 2013, l'Afrique du Sud perd une autre figure de la lutte pour l'égalité : la romancière Nadine Gordimer, morte dimanche, selon sa famille qui a annoncé son décès lundi 14 juillet. Retour sur cette personnalité marquante pour le pays. 

Née en 1923 de parents juifs immigrés de Lituanie, Nadine Gordimer a toujours vécu en Afrique du Sud. Auteur de quinze romans et de nombreuses nouvelles, celle qui auscultait la société de sa plume s'est vue censurée par le régime ségrégationnniste blanc. "On a envie d'être lu dans son pays par son peuple. Alors vous vous sentez comme un fantôme quand vos livres sont interdits", disait-elle à ce sujet. Mais elle obtient la consécration en 1991 avec le prix Nobel de littérature.

Une romancière hantée par l'apartheid

Blanche et écrivain en Afrique du Sud, Nadine Gordimer parlait davantage de ses combats que de ses livres. "L'Occident ne devrait pas hésiter à appuyer les dirigeants noirs responsables en exil", disait-elle en 1985.

Considérée comme la plus grande romancière sud-africaine de ces dernières années, hantée par l'apartheid, l'amie de Nelson Mandela aimait l'évoquer dans ses interviews : "Nous avions chacun nos raisons et notre expérience, mais nous étions tous menés par Mandela et sa pensée."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.