Mennel Ibtissem, candidate de "The Voice", critiquée pour des messages au sujet des attentats écrits en 2016

"Les vrais terroristes, c'est notre gouvernement", écrivait notamment la jeune femme en 2016 sur Facebook. Face au début de polémique, elle s'est défendue sur Twitter.

La chanteuse Mennel Ibtissem dans l\'émission \"The Voice\" de TF1, diffusée le 3 février 2018.
La chanteuse Mennel Ibtissem dans l'émission "The Voice" de TF1, diffusée le 3 février 2018. (TF1)

Sa reprise de Hallelujah de Leonard Cohen avait ému les télespectateurs. Mais Mennel Ibtissem, candidate de l'émission "The Voice", sur TF1, fait depuis parler d'elle pour d'autres raisons : deux anciens messages, publiés sur son compte Facebook, dans lesquels elle réagit aux attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, relayant notamment des thèses complotistes. Elle s'est défendue sur Twitter, lundi 5 février, après l'éclatement de la polémique.

"C'est bon, c'est devenu une routine, un attentat par semaine", écrivait notamment Mennel Ibtissem sur Facebook le 15 juillet 2016, au lendemain de l'attentat de Nice, selon une capture d'écran relayée sur les réseaux sociaux. Elle ajoutait : "Et toujours pour rester fidèle, le 'terroriste' prend avec lui ses papiers d'identité. C'est vrai que quand on prépare un sale coup, on n'oublie surtout pas de prendre ses papiers." Un message accompagné du hashtag #PrenezNousPourDesCons.

Deux semaines plus tard, quelques jours après l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, elle écrivait sur Facebook : "Les vrais terroristes, c'est notre gouvernement."

"J'aime la France"

Ces propos ont été dénoncés sur les réseaux sociaux par des internautes, dont des personnalités connues, telles que l'ancienne membre du CSA Françoise Laborde et la députée LR Valérie Boyer. Elles ont mêlé la critique de ces deux messages avec celle du voile porté par Mennel Ibtissem sur scène, et d'autres messages où elle fait la promotion d'un livre de Tariq Ramadan et pose avec une fondatrice de l'association féministe Lallab.

"On me prête des intentions qui ne sont pas les miennes", a réagi la jeune femme de 22 ans sur Twitter, lundi 5 février. "J'aime la France. Je condamne bien évidemment avec la plus grande fermeté le terrorisme."

Une autre polémique a par ailleurs éclaté au sujet de propos tenus lors de l'émission "Touche pas à mon poste", lundi, au sujet de la chanteuse, qui a interprété une partie de son morceau en arabe. "Le voile ne me choque pas. La chan­son en arabe non plus, même si je trouve que, par les temps qui courent, ça ne s'impo­sait peut-être pas néces­sai­re­ment", a déclaré la chroniqueuse Isabelle Morini-Bosc, s'attirant des critiques sur les réseaux sociaux.