"Tartuffe ou l'Hypocrite" : la version initiale et interdite jouée par la troupe de la Comédie-Française en ouverture des Nuits de Fourvière

Sous la direction du metteur en scène belge d’Ivo van Hove, une version interdite par Louis XIV de la célèbre pièce de Molière se joue jusqu'au 4 juin sur la grande scène du théatre romain de Lyon. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Denis Podalydès et Julien Frison dans "Tartuffe" (Jan Versweyveld)

Les Nuits de Fourvière de Lyon ouvrent leur saison estivale avec une version inédite et initialement interdite du Tartuffe, portée par la troupe de la Comédie-Française et le metteur en scène belge Ivo van Hove. 

Créé dans le cadre du 400e anniversaire de Molière à la Comédie-Française en janvierLe Tartuffe ou l’Hypocrite résonne à présent jusqu'au 4 juin 2022 sur la grande scène du théâtre gallo-romain. 

Tartuffe ou l'hypocrite aux Nuits de Fourvière

Tartuffe, ce faux "salopard"

Sur scène, les interprètes de la Comédie-Française se délectent de cette satire des dévots encore plus percutante que la version officielle. La distribution rassemble Denis Podalydès (Orgon), Marina Hands (Elmire), Dominique Blanc (Dorine la servante) et Christophe Montenez (Tartuffe) : "Il est entier, il est mystérieux, j'aime comment il aime, comment il dit honnêtement 'oui je suis un salaud et chassez-moi de chez vous', il est très 'couillu' et courageux, et je ne le vois pas du tout comme un salopard", raconte le comédien.

Ce Tartuffe mis au jour par l’historien Georges Forestier va droit au but, sans farces, ni rebondissements "C'est une interprétation de Tartuffe comme on a très peu vu, il n'a aucune conscience d'être un manipulateur, aucune volonté d'emprise, ce sont les autres qui le transforment en Tartuffe, c'est comme si dans la famille on ne gardait que les plus névrosés", analyse le comédien Denis Podalydès qui campe un Orgon très humain. 

Un drame social

Mis en scène par Ivo van Hove, Le Tartuffe ou l’Hypocrite entraîne le spectateur à la découverte de la version originelle de la pièce censurée après sa première représentation devant Louis XIV, en 1664. Une pièce écrite à l'origine en trois actes (au lieu de cinq), et servie par une mise en scène moderne, énergique et sulfureuse.

La bagarre entre Damis (Julien Frison à terre) et Tartuffe, (Christophe Montenez) retenu par Orgon (Denis Podalydès)  (Jan Versweyveld)

Pour cette version retrouvée de Tartuffe, Ivo van Hove choisit de concentrer l'intrigue sur la crise que l’arrivée de Tartuffe provoque dans une riche famille, en ruines. Elle est resserrée sur la relation passionnelle de Tartuffe avec la deuxième et jeune épouse du riche Orgon, le conflit entre le père et le fils ainsi que l’opposition entre une vision progressiste et libertine du monde portée par Cléante et celle conservatrice d’Orgon et de sa mère.

Comme un grand nombre des pièces de Molière, Le Tartuffe est un drame social. "Moi j'aime beaucoup cette première version car c'est une version tragique et c'est extrêmement intéressant. Il y une résonance très contemporaine par rapport à une personne qui prend une emprise sur une famille, sur un couple et sur un homme", confie la comédienne Dominique Blanc. 

Tartuffe ou l'Hypocrite aux Nuits de Fourvière du 2 au 4 juin 2022 à 22 heures. Tarif plein 39€, jeune 20€.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Théâtre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.